Nous sommes actuellement le sam. mai 15, 2021 13:12 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [3 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié :ven. déc. 25, 2020 11:55 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4083
Localisation :Somme
Article du Courrier Picard du 24 décembre 2020

En 1940, Hitler passait Noël à Beauvais
Dans un Beauvais en ruines, Adolf Hitler était venu le 25 décembre 1940 pour prononcer un discours devant des aviateurs de l’armée allemande au lycée Jeanne-Hachette, où il avait déjeuné. [...]

https://premium.courrier-picard.fr/id15 ... l-beauvais


Haut
   
MessagePublié :ven. déc. 25, 2020 13:02 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription :jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages :3475
Comment peut-on écrire cela :

Citer :
...M.R. répond : « La légende raconte qu’il (Hitler) se serait amusé à jouer quelques notes de piano, mais on n’a jamais pu le vérifier. Je ne sais pas ce qu’est devenu l’instrument, mais la salle est toujours là. Elle est occupée la plupart du temps par les élèves de la section théâtre et le lycée l’utilise pour ses assemblées générales. »


la légende raconte ??? L'histoire de la 2nde GM, même la "petite" histoire n'a pas besoin de légende ! A quoi/qui cela sert-il ? Si on ne peut pas le vérifier à quoi bon l'écrire ? Et quel intérêt !?

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
MessagePublié :ven. déc. 25, 2020 14:16 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4083
Localisation :Somme
Je joins ci-dessous l'article dans son intégralité.
Comme souvent ce type d'article apporte une part de déception de par son traitement par le journaliste

+=======================

En 1940, Hitler passait Noël à Beauvais
Dans un Beauvais en ruines, Adolf Hitler était venu le 25 décembre 1940 pour prononcer un discours devant des aviateurs de l’armée allemande au lycée Jeanne-Hachette, où il avait déjeuné.

Je n’ai entendu parler de cette histoire que vaguement parce qu’il était venu très discrètement. À l’époque, peu de gens étaient au courant. »

Denise Dubos-Decamp a huit ans le 25 décembre 1940 quand Adolf Hitler vient déjeuner en Picardie dans sa ville de Beauvais, au sein du réfectoire du lycée Jeanne-Hachette. « Ça faisait partie de ses obligations militaires, explique Jean-Yves Bonnard, professeur d’histoire-géographie et maire de Chiry-Ourscamp. L’Allemagne était engagée depuis plusieurs mois dans la bataille d’Angleterre (juillet 1940 - mai 1941), alors forcément, il est venu faire un discours devant les aviateurs de la Luftwaffe (l’armée de l’air allemande). »


L’établissement avait été réquisitionné pour qu’une partie d’entre eux puissent y loger puisque leurs avions étaient garés à l’aérodrome de Beauvais-Tillé. Mehdi Rahoui, ancien conseiller principal d’éducation du lycée Jeanne-Hachette de 2012 à 2018, précise : « Les officiers, eux, étaient installés dans le lycée Félix-Faure. » Mais le quartier général d’Hermann Göring, chef de l’armée de l’air et n°2 du troisième Reich, se situait, lui, à environ quinze kilomètres au sud, au Coudray-sur-Thelle. Le Führer s’était rendu le matin même dans une commune voisine, à Laboissière-en-Thelle, après avoir passé le réveillon du 24 décembre à Longfossé (Pas-de-Calais).

Il a passé « moins d’une heure » à Beauvais
« La gare de Laboissière-Le Déluge a accueilli le 25 décembre 1940 un train affrété spécialement pour la rencontre entre les Allemands Adolf Hitler et Otto Abetz et les Français François Darlan et Paul Stehlin », écrit l’office de tourisme des Sablons sur son site Web. Jean-Yves Bonnard éclaire : « Hitler était surtout venu pour ça. Le maréchal Pétain avait récemment renvoyé Pierre Laval, son vice-président du conseil (en quelque sorte le Premier ministre), parce qu’il voulait aller trop loin dans la collaboration. L’amiral François Darlan, moins dans cette approche, l’avait remplacé et c’était donc sa première entrevue avec le dictateur nazi. Ce dernier avait été très vindicatif pour l’impressionner et marquer sa désapprobation avec la politique pétainiste. »

À l’issue de cet entretien de 90 minutes, selon les écrits de Paul Stehlin dans son livre Témoignages pour l’Histoire, le Führer avait donc ensuite repris le train jusqu’à la gare de Beauvais, avant de gagner le lycée Jeanne-Hachette en voiture. Arrivé à 13 h 45, il en était « reparti moins d’une heure plus tard pour aller à Creil (un simple transit avant de rallier Metz, où il avait passé la nuit) », relate le Groupe d’étude des monuments et œuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis dans l’un de ses bulletins. Tout juste le temps de faire un discours et de déjeuner ? Mehdi Rahoui répond : « La légende raconte qu’il se serait amusé à jouer quelques notes de piano, mais on n’a jamais pu le vérifier. Je ne sais pas ce qu’est devenu l’instrument, mais la salle est toujours là. Elle est occupée la plupart du temps par les élèves de la section théâtre et le lycée l’utilise pour ses assemblées générales. »


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis : Trier par 
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [3 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org
[Time: 0.326s | Queries: 22 | Peak Memory Usage: 5.6 Mio | GZIP: On ]