Nous sommes actuellement le mar. juin 15, 2021 21:14 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Retour de prisonniers
MessagePublié :lun. avr. 05, 2021 16:30 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
VOIR le sujet de Frédéric Gondron

sur le retour de prisonniers grâce à la relève à Compiègne (INA)

viewtopic.php?f=15&t=3243


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :jeu. avr. 22, 2021 17:46 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
Bonjour à tous,

Fransart (Somme)

Mon grand-oncle Albert ABADIE né le 10 septembre 1896 à Fransart (Somme) figure sur la liste officielle de prisonniers français N° 17 du 17 septembre 1940, 2e classe, dépôt I. 22.
Il avait été affecté au dépôt d'infanterie n° 22, plan B, classé sans affectation, le 15 janvier 1938. Sa position reste inchangée, puisqu'il reste affecté au même dépôt d'infanterie n° 22 le 4 mars 1940 (DM du 8 février 1940).
fait prisonnier à Chantonnay (Vendée) le 23 juin 1940, il fut interné au stalag XVII B, numéro matricule 1427. Mais appartenant à une vieille classe mobilisée, il fut rapatrié, démobilisé, et rayé des contrôles à Rosières (Somme) le 16 juillet 1941.

====================

Soldat de Fransart on rentré

Louis Clovis Léon LAIGNEL
Mort pour la France le 5 septembre 1943 à Mallensdorf, Allemagne)
Né le 27 juin 1910 à Fransart (Somme)
72e régiment d'infanterie (72e RI)
Mort pour la France
Cause du décès : accident



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :ven. avr. 23, 2021 14:02 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
Rapatriement de certains prisonniers de guerre

J.O. du 15 juin 1941 page 2511

Communiqué officiel n° 50 de la direction du service des prisonniers de guerre en date du l4 juin 1941.
Les autorités allemandes ont accordé la libération des prisonniers, pères ou fils ainés des familles de quatre enfants mineurs.
Plusieurs milliers de ces prisonniers ont déjà été rapatriés en zone occupée.
Pour la zone libre, les rapatriements se feront par trains spéciaux de 700 hommes chacun.
Les premiers de ces trains partiront d'Allemagne les 13, 16, 19, 21 et 23 juin 1941.
Ce communiqué doit être tenu, dans toutes les mairies, à la disposition du public.

J.O. du 22 juin 1941 page 2620

Communiqué officiel n° 53 de la direction du service des prisonniers de guerre en date du 19 juin 1941 (rapatriement des pères ou fils aînés des familles de quatre enfants mineurs et des anciens combattants de la guerre 1914-1918).

Faisant suite à ses communiqués officiels nos 50 et 51 relatifs aux libérations des prisonniers de guerre, pères ou fils aînés des familles de quatre enfants mineurs et des anciens combattants de la guerre 1914-1918, la direction du service des prisonniers de guerre fait connaître les renseignements complémentaires ci-après :

Rapatriement des prisonniers de guerre soutiens de famille pères ou fils aînés quatre enfants mineurs.

Les familles des militaires bénéficiaires de mises en congé de captivité de pères de quatre enfants mineurs ou frères aînés de quatre enfante mineurs soutiens de familles sont informés que les prisonniers de guerre de cette catégorie, officiers, sous-officiers, caporaux et soldats, non encore libérés, et dont les dossiers ont été transmis aux autorités allemandes, seront rapatriés incessamment.

Ces rapatriements sont valables indifféremment pour les territoires occupés et pour la zone libre. L'attention des familles est attirée sur le fait que, pour le moment, les militaires de carrière ne peuvent pas bénéficier de cette disposition, même s'ils ont été atteints par la nouvelle limite d'âge. Les militaires déjà rapatriés ou qui le serait par la suite sont priés d'aviser de leur retour M. Scapini, ambassadeur de France, 47 rue Cortambert, à Paris, de telle manière qu'il soit possible d'opérer un contrôle et que l'attention des autorités allemandes puisse être attirée sur les dossiers des prisonniers qui auraient pu être oubliés dans les camps.

Rapatriement des prisonniers de guerre anciens combattants de la guerre 1914-1918
Les sous-officiers, caporaux et soldats, nés avant le 1er janvier 1899, sont présumés avoir pris part à la guerre 1914-1918. Ils sont rapatriés sur la seule vérification de leur date de naissance.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :sam. avr. 24, 2021 19:11 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
Rapatriement de certains prisonniers de guerre

J.O. du 7 avril 1941 page 1504

Communiqué officiel n° 39 de la direction du service des prisonniers de guerre du 27 mars 1941.
Quelques journaux ont reproduit des informations puisées dans la presse parisienne relatives à la mise en congé de captivité et au rapatriement de certaines catégories de prisonniers.
1° A cette occasion, le secrétariat d'Etat à la guerre fait connaître aux familles que, à ce jour, les libérations ou mises en congé de captivité de prisonniers s'élèvent aux chiffres suivants :
a) 28.000 blessés ou malades, 11,000 membres des formations sanitaires, rentrés dans leurs foyers ou dans les hôpitaux français, en exécution des conventions de Genève du 27 juillet 1929 ;
b) 30.000 militaires internés en Suisse, 7.000 agriculteurs de la zone occupée (en cours de rapatriement) ;
2° Par ailleurs, le gouvernement allemand a admis le principe de la mise en congé de captivité pour :
2.000 membres ou travailleurs de l'administration des eaux et forêts et 10.000 ouvriers mineurs, qui seront prochainement remis à la disposition de l'économie nationale en zone occupée ;
3° Il est expressément recommandé aux familles de n'adresser aucune demande au sujet des catégories ci-dessus (agriculteurs, forestiers, mineurs). Ces demandes ne pourraient que retarder l'établissement de celles actuellement en cours par les organismes qualifiés en fonction des besoins du pays ;
4° Un très grand nombre de dossiers de mise en congé pour pères ou frères aînés de quatre enfants mineurs ont, à ce jour, été transmis pour examen.
Il est à espérer que le rapatriement de ceux pour lesquels la demande aura été agréée par les autorités allemandes commencera prochainement, sans qu'aucune indication précise puisse être donnée à cet égard ;
5° Enfin, il est rappelé qu'aucune mesure collective de libération ou de mise en congé de captivité n'a été portée à la connaissance du Gouvernement français, ou de ses représentants qualifiés, en dehors des cas particuliers indiqués ci-dessus.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :mer. avr. 28, 2021 15:03 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
J.O. du 12 février 1942 page 630

Libération des prisonniers de guerre anciens combattants de la guerre 1914-1918.
Tous les militaires de réserve, nés avant le 1er janvier 1900, sont présumés avoir pris part à la guerre 1914-1918. Ils sont rapatriés sur la seule vérification de leur date de naissance.
Pour bénéficier de la même mesure, les militaires de réserve, nés après le 1er janvier 1900, doivent justifier de leur qualité d'anciens combattants par la production de leur livret individuel ou de leur carte de combattant.
Dans le cas où les militaires en cause auraient perdu la pièce attestant soit la date de leur naissance, soit leur livret individuel ou leur carte de combattant, il leur appartient de fournir au service diplomatique des prisonniers de guerre, 47, rue Cortambert, A Paris, soit directement, soit par l'intermédiaire de l'homme de confiance du camp, toutes indications utiles pour l'établissement de leur qualité d'anciens combattants.
Les prisonniers de guerre ont été informés directement de cette disposition et des modalités d'application. En conséquence, les familles n'ont aucune démarche à faire ou aucune intervention A solliciter.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :mer. avr. 28, 2021 16:26 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
ASSOCIATION DES PRISONNIERS DE GUERRE DU DÉPARTEMENT DE LA SOMME

J.O. du 28 février 1945 page 1064

10 février 1945 ; Déclaration à la préfecture do la Somme. ASSOCIATION DES PRISONNIERS DE GUERRE DU DÉPARTEMENT DE LA SOMME.
But : regroupement des rapatriés, entr'aide morale et matérielle aux prisonniers et à leurs familles. Siège social : 32, rue des Jacobins, à la maison du prisonnier et du déporté, Amiens.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :dim. mai 09, 2021 11:09 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
Le Progrès de la Somme, organe d'une Presse prônant la révolution nationale, dévoué à la personne du Maréchal Pétain, mais aussi entièrement dépendant de la bonne volonté des autorités allemandes pour sa parution, met l'accent, dans son édition de du 17 août 1941, sur "Des officiers picards libérés [...] arrivés à Amiens". Cette mesure ponctuelle, si elle tend à rendre espoir à nombre de familles sur un éventuel retour de captivité d'un proche, passe sous silence et occulte le maintien dans les camps de plus d'un million et demi de soldats français. En effet, au cours de la campagne de France (mai–juin 1940), 1 800 000 soldats français furent capturés par les troupes allemandes avant d’être internés dans différents types de camps.
voir : Les prisonniers de guerre français sous le IIIe Reich
https://www.siv.archives-nationales.cul ... de%20camps.

Ainsi, la photographie d'officiers picards occupe-t-elle une partie de la Une du quotidien ce 17 août 1941, accompagnée d'un commentaire attendrissant et bon enfant.

"Un coup de téléphone de Châlons-sur-Marne nous ayant averti du passage dans cette ville de 817 officiers de réserve français de retour d'Allemagne et de la prochaine arrivée à Amiens de quelques-uns de nos concitoyens et compatriotes, nous sommes allés les accueillir à la gare du Nord* vendredi matin au train de 10 heures 07.
Une trentaine d'officiers originaires de la Somme, l'Oise et l'Aisne descendirent du convoi et furent guidés par des représentants du centre départemental des prisonniers, vers le centre d'accueil de la rue de Castille où toutes les formalités relatives à leur libération et au paiement de la solde furent rapidement accomplies. Après quoi, chacun d'eux put s'acheminer vers le foyer familial où il était, on s'en doute, impatiemment attendu.
Notre photo montre un groupe de nos compatriotes parmi lesquels plusieurs amiénois. Un de ceux-ci, remettant à plus tard les formalités, n'eut qu'à faire quelques pas pour retrouver les joies familiales et recevoir les souhaits de bienvenue de nombreux amis
.

* Il s'agit bien évidemment de la gare d'Amiens à ne pas confondre avec la gare éponyme située à Paris.


Cordialement
Eric Abadie


Pièces jointes :
Progrès de la Somme 19410817.jpg
Progrès de la Somme 19410817.jpg [30.84Kio |Consulté 279 fois ]
Haut
   
 Sujet du message : Re: Retour de prisonniers
MessagePublié :mar. juin 01, 2021 8:58 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription :sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages :4243
Localisation :Somme
J.O. du 3 octobre 1941 page 4272

AVIS & COMMUNICATIONS
Ministère de la guerre

Communiqué officiel n° 71 de la direction du service des prisonniers de guerre en date du 29 septembre 1941 (rapatriement des membres du personnel sanitaire, preuve de leur qualité).

La convention de Genève pour l'amélioration du sort des blessés et malades dans les armées en campagne prévoit le rapatriement des membres du personnel sanitaire dans la mesure où les exigences militaires le permettent.
En conséquence, seuls peuvent être rapatriés les sanitaires que les autorités allemandes n'estiment pas indispensables pour les soins à donner aux prisonniers de guerre français. Mais certaines pièces fournies par les militaires susceptibles de bénéficier de ces mesures ne présentant pas un caractère d'authenticité indiscutable, les rapatriements de cette catégorie de militaires, commencés en novembre 1940, ont été interrompus par décision des autorités allemandes.
Des négociations engagées à ce sujet ont abouti à un accord qui a défini les conditions dans lesquelles il serait désormais justifié de la qualité de sanitaire. Ces conditions sont exposées ci-dessous.

Premier cas.

Membres du personnel sanitaire qui sont porteurs de leurs pièces d'identité de sanitaires établies avant l'armistice, c'est-à-dire :
Carte d'identité pour les officiers d'active ; Carte d'identité de sanitaire délivrée par les directeurs régionaux du service de santé, pour les officiers de réserve ;
Livret individuel pour les sous-officiers et hommes de troupe.
Aucune démarche n'est à faire en ce qui concerne les sanitaires de cette catégorie.
Cependant, il est nécessaire que leur rapatriement puisse être contrôlé ; les familles devront à cet effet signaler ceux des sanitaires encore retenus dans les camps de prisonniers. Elles doivent écrire :
1° Au ministère de la guerre (direction de l'infanterie), Royat (Puy-de-Dôme);
Au ministère de la guerre (direction de la cavalerie, du train et de la garde), Royat (Puy-de-Dôme) ;
Au ministère de la guerre (direction de l'artillerie), Chamalières (Puy-de-Dôme) ;
Au ministère de la guerre (direction du génie), Chamalières (Puy-de-Dôme] ;
Au ministère de la guerre (direction des troupes coloniales), Royat (Puy-de-Dôme),
selon l'arme à laquelle appartient l'intéressé quand il s'agit d'un infirmier, d'un brancardier ou d'un conducteur sanitaire de corps de troupe ;
2° Au ministère de la guerre (direction du service de santé), Royat, quand il s'agit d'un militaire appartenant à un organe ou une formation sanitaire rattachée à cette direction.
Les renseignements suivants devront être fournis :
Nom, prénoms date de naissance.
Adresse complète de l'intéressé en captivité (numéro matricule, camp et éventuellement kommando) ;
Formation ou organe militaire auquel il appartenait au moment de sa capture.
Pour les sous-officiers et hommes de troupe (y compris les médecins, pharmaciens et dentistes auxiliaires), il y aura lieu d'ajouter aux renseignements ci-dessus l'indication : a) De la section d'infirmiers militaires à laquelle étaient affectés ceux qui accomplissaient leur service.
b) De la section d'infirmiers militaires qui a mobilisé ceux qui étaient réservistes.

Deuxième cas.

Membres du personnel sanitaire qui ne sont pas en possession de leurs pièces d'identité de sanitaires :
Les attestations de la qualité de sanitaire établies après l'armistice, qui ont été adressées aux militaires maintenus dans les camps, soit par les familles des intéressés, soit par une administration française, ne sont pas reconnues valables par les autorités allemandes.
Afin de permettre aux intéressés de faire la preuve de leur qualité de sanitaire, les familles sont invitées à se conformer aux indications suivantes:
Elles doivent écrire:
1° au ministère de la guerre (direction de l'infanterie), Royat (Puy-de-Dôme);
Au ministère de la guerre (direction de la cavalerie, du train et de la garde), Royat (Puy-de-Dôme) ;
Au ministère de la guerre (direction du génie), Chamalières (Puy-de-Dôme) ;
Au ministère de la guerre (direction de l'artillerie), Chamalières ;
Au ministère de la guerre (direction des troupes coloniales), Royat (Puy-de-Dôme),
selon l'arme a laquelle appartient l'intéressé quand il s agit d'un infirmier, d'un brancardier ou d'un conducteur sanitaire de corps de troupe ;
2° Au ministère de la guerre (direction du service de santé), Royat, quand il s'agit d'un militaire appartenant à un organe ou une formation sanitaire rattachée à cette direction.
Les renseignements suivants devront être fournis :
prénoms, date de naissance ;
Adresse complète de l'intéressé en captivité (numéro matricule, camp et éventuellement kommando) ;
Formation ou organe militaire auquel il appartenait au moment de sa capture.
Pour les sous-officiers et hommes de troupe (y compris les médecins, pharmaciens, dentistes auxiliaires), il y aura lieu d'ajouter aux renseignements ci-dessus l'indication :
a) De la section d'infirmiers militaires à laquelle étalent affectés ceux qui accomplissaient leur service ;
b) De la section d'infirmiers militaires qui a mobilisé ceux qui étaient réservistes.

A la lettre seront jointes, dans la mesure du possible, en original ou en copie conforme toutes les pièces diverses que les familles peuvent posséder ; certificat de présence au corps, certificat de bonne conduite, diplôme de caducée, etc.

Les directions d'armes et la direction du service de santé établiront, chacune en ce qui les concerne, des attestations qui seront remises ensuite, aux autorités allemandes par les soins du service diplomatique des prisonniers de guerre.

La direction du Service des prisonniers de guerre a retourné aux familles, pour que celles-ci puissent les utiliser selon les indications ci-dessus, les attestations qu'elle n'a pu transmettre aux intéressés.

Elle attire l'attention sur le fait que ce communiqué répondant à toutes les questions qu'ont déjà posées les familles à ce sujet, il ne sera pas donné de réponse particulière aux demandes de renseignements antérieures à la publication de ce communiqué.

La reprise des rapatriements des membres du personnel sanitaire étant liée à la bonne exécution des mesures prescrites, les familles sont invitées à se conformer strictement et sans délai aux instructions ci-dessus définies.

Le présent communiqué n'est valable que pour la zone libre. Un communiqué spécial sera publié en zone occupée.

Il est rappelé que ce communiqué, ainsi que tous les autres communiqués officiels de la direction du service des prisonniers de guerre antérieurement parus doivent être tenus, dans toutes les mairies, à la disposition du public.




Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis : Trier par 
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [8 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org
[Time: 0.325s | Queries: 24 | Peak Memory Usage: 5.8 Mio | GZIP: On ]