Nous sommes actuellement le mar. déc. 07, 2021 0:37 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : sam. nov. 14, 2009 15:56 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
Bonjour à tous,
A la demande de Frédéric voici une rapide présentation du Réseau sur Roye.
Le Réseau Béarn est une filiale du Réseau Marco-Polo dont il s'est affranchi après des arrestations opérées au sein de l'équipe dirigeante de Marco-Polo. Deux personnages centraux ont dirigé conjointement le Réseau Béarn depuis Paris Robert Déjardin et Henri Ulver (le plus connu car il deviendra ministre sous la IVe République).
Une antenne du réseau est créée à Roye au cours de l'été 1943 quand la sucrerie Lebaudy met en route un nouveau service : le service BEDEAU, censé revoir l'organisation et le temps de chaque poste de travail dans l'usine.
Deux cadres diplômés de l'ESSEC ont été recrutés dont Jean-Marie Gérard, résistant affilié au Réseau Béarn, qui va mettre en place une chaîne de renseignements dans le secteur de Roye pour tenter d'obtenir un maximum de données sur les passages de troupes allemandes, le relevé des aérodromes voisins Amy, Rosières, et les mouvements au sein des escadrilles de la Luftwaffe.
Ce réseau, bien rôdé vers la fin de l'année 1943, fonctionnera sans trop d'aléas jusqu'à la fin août 1944, à la veille de la Libération, et certains éléments prendront même part à la libération de la ville et de ses environs le 1er septembre 1944 aux côtés des F.F.I. commandés par le Capitaine Possien. Un autre groupe de résistants de ce Réseau travaillera également sur la région d'Abbeville au cours de l'année 44.
Cordialement
Eric


Dernière édition par ae80 le mer. avr. 28, 2010 10:11 am, édité 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. avr. 25, 2010 10:59 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
Bonjour à tous,
Concernant le rôle d'Henri ULVER au sein du Réseau BEARN, voir sa fiche biographique sur le site de l'Assemblée nationale :
http://www.assembleenationale.fr/histoi ... 031901.asp

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mar. mai 07, 2013 20:01 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
Bonsoir,
Un des derniers grands acteurs du Réseau Béarn est décédé la nuit dernière, dans un hôpital de la région parisienne, à l'âge de 93 ans. Il s'agit de Jean-Pierre Héral, ancien de l'ESSEC, cadre responsable du service Bedeau à la sucrerie de Roye pendant la Seconde Guerre mondiale. Il réussit la prouesse de faire fonctionner ce service au sein de la sucrerie tout en permettant à ses collaborateurs de partir à la chasse aux informations sur l'armée d'occupation. Avec Jean-Marie Gérard, chef de la région nord de ce réseau, ils formaient un tandem complémentaire qui permit de faire remonter jusqu'à la centrale de Paris puis à Londres des renseignements notamment sur les aérodromes utilisés par les Allemands dans le Santerre ou les unités ennemies qui transitaient par Roye.

Cordialement
Éric ABADIE


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mer. mai 08, 2013 7:35 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : mer. mai 01, 2013 20:53 pm
Messages : 71
Localisation : Perpignan
ae80 a écrit :
Bonsoir,
Un des derniers grands acteurs du Réseau Béarn est décédé la nuit dernière, dans un hôpital de la région parisienne, à l'âge de 93 ans. Il s'agit de Jean-Pierre Héral,

Éric ABADIE

Qu'il repose en paix.


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : sam. mars 08, 2014 19:36 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
Bonsoir,
Marcel COLIGNON, ancien résistant du réseau BÉARN, vient de mourir à l'âge de 92 ans. Il fut déporté à Buchenwald et à Neu-Stassfurt mais eut la chance de rentrer vivant des camps de concentration.
Le 20 juillet 1944, Marcel COLIGNON et Jacques MOIGNET, originaires d'Abbeville, appartenant au réseau BÉARN, se rendent à Roye au PC régional du réseau - soit 90 km à l'aller et la même distance au retour. En revenant de Roye, ils furent arrêtés en possession de papiers compromettants, lors d'un contrôle de la gendarmerie allemande près de Fontaine-sur-Somme. Après une longue détention et des interrogatoires musclés, ils seront déportés tous deux. Malheureusement, Jacques MOIGNET mourra en déportation.
Marcel COLIGNON épousera à son retour la soeur de son infortuné compagnon.
Il apporta son témoignage dans le livre de l'Amicale des Déportés de Neu-Stassfurt "Un pas, encore un pas... ... pour survivre", Éditions Martelle, 1996.
Voici un extrait d'un article du Courrier Picard qui lui fut consacré le 9 mai 2008 :
"L'association (Amicale des Déportés de Neu-Stassfurt) regroupe en très grande majorité des déportés partis le 17 août 1944 avec le dernier train au départ de Compiègne (Oise). Ce convoi qui transportait 1250 déportés arriva quatre jours plus tard, le 21 août 1944, à Buchenwald.
Parmi eux se trouvait donc Marcel Colignon [...]
"A notre arrivée à Buchenwald, nous avons été répartis dans différents endroits du camp, raconte-t-il, puis 500 déportés ont été désignés pour aller travailler à la mine de sel de Stassfurt, au sud-ouest de Magdebourg, où nous sommes arrivés le 17 septembre, 49 étaient originaires de la Somme. 19 sont décédés là-bas."
"Aussitôt arrivés, une équipe de nuit a été constituée pour aller travailler à la mine qui comptait aussi une équipe de surface dans laquelle j'ai été intégré", poursuit Marcel Colignon.
Il y connaît le dur sort des travailleurs forcés avant de souffrir de rhumatismes paralysants, d'être ramené à Buchenwald le 8 novembre pour y être soigné, puis d'être assigné à une autre mine de sel, à Springen, le 15 janvier 1945. Ensuite, du 30 mars au 6 avril 1945, devant l'avancée des alliés, il endurera une marche forcée d'évacuation.
Le 11 avril, le camp de Buchenwald est atteint par les soldats du général Patton. Mais ce même jour commence une autre marche d'évacuation : celle de Stassfurt où se trouvait précédemment Marcel Colignon. Elle durera jusqu'au 8 mai !
"Cette marche fut atroce. Certains sont partis sans chaussures et celui qui ne pouvait plus marcher, parfois sous la pluie ou la neige, était abattu. La nourriture était réduite", se souvient marcel Colignon.
Ils étaient 380 au départ du camp. Seuls 150 ont été libérés un mois plus tard... Et 70 sont ensuite morts des séquelles de cette marche après leur retour en France. [...]
Pièce jointe :
COLIGNON Marcel (2).jpg
COLIGNON Marcel (2).jpg [ 424.28 Kio | Consulté 3225 fois ]



Cordialement
Eric ABADIE


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : dim. mars 09, 2014 10:52 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. déc. 02, 2011 23:22 pm
Messages : 575
Localisation : Braine le Comte - Belgique
Reposez en Paix Monsieur.

_________________
L'Union fait la Force - Eendracht maakt macht.
Image
http://www.freebelgians.be/news/news.php
et forum "Le monde en guerre"
Image


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mar. mars 11, 2014 17:57 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3500
Pour Marcel Colignon, une cérémonie en l'église de Vignacourt aura lieu demain, mercredi 12 mars, à 10h00, avant sa crémation à Abbeville à 14h00.

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mer. juin 30, 2021 13:59 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
J.O. du 28 janvier 1946 page 800

9 janvier 1946. Déclaration à la préfecture de police. AMICALE DU RÉSEAU BÉARN. But : regroupement des anciens membres du réseau. Siège social : 1, rue Volney, Paris.

le Réseau Béarn était dirigé conjointement par Robert Déjardin et Henri ULVER depuis Paris. La Centrale y était basée au n°1, rue Volney, dans le 2e arrondissement de la capitale.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mer. juin 30, 2021 14:33 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
RESEAU « BEARN »

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE1er Novembre 1947 page 10881
SECRÉTARIAT D’ÉTAT A LA PRÉSIDENCE DU CONSEIL
Homologation de grades au titre des F- F. C. !.
Le secrétaire d'Etat à la présidence du Conseil,
Sur le rapport du délégué général pour le règlement et la liquidation des Forces françaises combattantes de l’intérieur,
Vu le décret 366 du 25 juillet 1942 ;
Vu son instruction pour application 1368 8. C. R. A. du 27 juillet 1942 ;
Vu le décret du 28 mai 1947 portant délégation d’attribution au secrétaire d’Etat à la présidence du conseil,
Arrête :
Art. 1er — Sont homologués à titre posthume les personnels ci-après des forces françaises combattantes :
[...]
RESEAU « BEARN »
Avec le grade de sous-lieutenant. (Pour prendre rang du 1er juin 1944)
M. HOUSSET (Jean), né le 14 mars 1920


J.O. du 15 mai 1947 page 4501
Homologation d’officiers à titre posthume.
Le ministre de la guerre,
Vu l’ordonnance du 9 juin 1944, fixant le statut des forces françaises de l’intérieur,
Vu le décret du 20 septembre 1944, relatif au statut des forces françaises de l’intérieur,
Vu la loi du 15 mai 1946, tendant à fixer le statut et les droits des combattants volontaires de la résistance,
Vu l’arrêté du 28 janvier 1947 portant délégation de signature,
Arrête :
Art. 1 er . — Sont homologués à titre posthume :
Au titre des Forces françaises combattantes de l’intérieur :
[...]
RESEAU « BEARN »
Avec le grade de capitaine (Pour prendre rang du 1er juin 1944
M. CARTIGNY (Pierre).
Avec le grade de sous-lieutenant (Pour prendre rang du 1er juin 1944
M. MAGUIN (Georges).

20 février 1947 page 1618
Homologation d'officiers et de sous-officiers à titre posthume.
Le ministre de la guerre,
Vu l'ordonnance du 9 juin 1944 fixant le statut des Forces françaises de l'intérieur ;
Vu le décret du 20 septembre 1944 relatif au statut des Forces françaises de l’intérieur ;
Vu la loi du 15 mai 1946 tendant à fixer le statut et les droits des combattants volontaires de la Résistance,
Arrête : sont homologués à titre posthume :
Art. 1er
RESEAU « BEARN »
Avec le grade de sous lieutenant.
(Pour prendre rang du 1er juin 1944.)
MM. FRATACCI (Antoine), JEZEQUEL (Jacques), MOIGNET (Jacques), PFISTER (Louis), TOULOUSE (Charles).




Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: Réseau BEARN dans la Somme
MessagePublié : mar. oct. 19, 2021 9:51 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5029
Localisation : Somme
Résistance 60

LES DEPORTES DU CONVOI DU 17 AOUT 1944
https://www.resistance60.fr/1944-08-17

COLIGNON Marcel 78916
Membre du réseau Béarn

Né le 13 novembre 1922 à Abbeville (Somme), de nationalité française, étudiant en histoire-géographie, déporté à Buchenwald, à Neu-Stassfurt puis à Dornburg, libéré à Buchenwald le 11 avril 1945, revenu en France. Il est porte-drapeau de l’Amicale des déportés de Stassfurt jusqu’en 2002.
Sources : Le Courrier Picard du 19 août 2005
.

MOIGNET Jacques Victor 78917
Membre du réseau Béarn

Né le 26 septembre 1921 à Mareuil-Caubert (Somme), de nationalité française, cet ancien élève du Collège Courbet d’Abbeville prépare à Paris le diplôme d’ingénieur des travaux publics. Sous-lieutenant FFI, noté du BCRA, il est arrêté une première fois en 1943 au cours d’un piège grossier. Libéré, il reprend ses activités dans la Résistance après neuf mois d’emprisonnement mais est de nouveau arrêté au cours d’un contrôle routier à Fontaine-sur-Somme le 20 juillet 1944. Porteur de documents compromettants, il est torturé. Interné à l’hôpital d’Amiens puis de Dury, revenu à la citadelle d’Amiens, il est transféré à Compiègne, déporté à Buchenwald puis à Neu-Stassfurt, décédé lors de l’évacuation du camp le 15 avril 1945 entre Wellaune et Kossa on note aussi le 17 et le 19). Un monument en son honneur a été érigé à Caubert peu après la fin de la guerre avec l’inscription « Jacques Moignet sous-lieutenant des Forces Françaises Combattantes, déporté à Buchenwald, abattu par les Allemands le 17 avril 1945, à l’âge de 24 ans. »
Son nom figure sur le monument aux morts du Pilori d’Abbeville.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org
[ Time: 0.222s | Queries: 24 | Peak Memory Usage: 14.03 Mio | GZIP: On ]