Nous sommes actuellement le sam. oct. 23, 2021 20:59 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
MessagePublié : mar. sept. 14, 2021 14:12 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 4872
Localisation : Somme
J.O. du 5 mars 1947 page 2035

Est promu dans l’ordre national de la Légion d’honneur :
Au grade d’officier.
(Pour prendre rang du 1er octobre 1946.)

VIVIER (Emile-Pierre), capitaine (commandant F. F. L), 5e subdivision aérienne. Officier énergique d’une haute valeur morale ; quoique amputé d’une jambe, a tenu en 1939 à regagner son unité et a effectué toute la guerre comme pilote. S’est occupé activement de Résistance depuis l'armistice : évasion de prisonniers nord-africains, propagande clandestine, renseignements, récupération de parachutistes et préparation d’un maquis. Pourchassé dès 1942 par la police allemande et celle de Vichy, a été arrêté par la Gestapo le 25 juillet 1944, Frappé et torturé, a refusé d’avouer toute participation et de donner les noms et adresses des chefs départementaux de la résistance. Envoyé au Fronstalag 122 à Compiègne, puis convoyé vers l’Allemagne, a réussi à s’évader en plein jour le 27 août 1944 à Péronne et à regagner les lignes françaises, ramenant deux prisonniers allemands. Chevalier de la Légion d’honneur du 29 juillet 1939.


Le destin d'Emile-Pierre VIVIER est-il lié à celui de Pierre-Henri TEITGEN, qui est lui aussi arrêté par la Gestapo, au début du mois de juin, torturé et envoyé en Allemagne par convoi ferroviaire dont il parvient à s'évader ?
Pierre-Henri TEITGEN est arrêté le 6 juin 1944, et conduit à Fresnes le soir-même. Pendant 15 jours il subit l'interrogatoire de la Gestapo ; il est pieds et poings liés pendant 35 jours. Malgré les sévices qu'il endure, il réussit à garder secrète sa véritable identité.
Fin juillet, il est déporté à Compiègne et est dirigé sur un convoi partant pour l'Allemagne, à la mi-août, après avoir, par fraude, évité le départ dans un premier convoi. Il s'évade en perforant le toit de son compartiment et en se laissant tomber sur le ballast.
Il rejoint les Forces françaises de l'intérieur (FFI) et participe avec elles aux opérations de nettoyage dans les environs de Montdidier.




Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org
[ Time: 0.256s | Queries: 24 | Peak Memory Usage: 13.55 Mio | GZIP: On ]