Nous sommes actuellement le lun. mai 17, 2021 2:37 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [1 message ] 
Auteur Message
MessagePublié :ven. févr. 12, 2021 23:58 pm 
Hors-ligne

Inscription :mer. févr. 10, 2021 16:29 pm
Messages :8
Eric Linklater avait servi dans l'armée et a été blessé pendant la Première Guerre mondiale. Entre les guerres, il est devenu poète et écrivain vivant aux Orcades. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a servi dans un rôle de défense intérieure et a également écrit de courtes histoires officielles. Un de ses livrets portait sur la 51e division Highland (51 DIW) en 1939-1940.

Ce texte est tiré de cette brochure officielle du War Office 'The Highland Division'

"Une nouvelle attaque sur la tête de pont d'Abbeville a été préparée. Il n'y avait aucune connaissance certaine de la force de la position allemande, et bien que l'ennemi ait pu infliger de lourds dégâts à notre division blindée et repousser entièrement la deuxième attaque française. , un rapport était courant que jusqu'ici la tête de pont n'était que légèrement tenue. Mais les Allemands apportaient des renforts, et leur intention évidente était de continuer leur offensive à partir du saillant qu'ils avaient créé; s'ils devaient être attaqués, alors le plus tôt le meilleurs.

Le commandement du général de Gaulle avait maintenant quitté la basse Somme pour aller ailleurs, mais l’infanterie, les chars et les canons de la 31e division française étaient arrivés sur la Bresle. L'effectif considérable de l'artillerie, française et britannique, est mis en place dans les dépôts de munitions sur les sites de batteries. L'attaque serait soutenue par environ 250 canons de tous calibres, et la conférence pour élaborer un plan de tir a duré plus de trois heures. C'était compliqué par le fait qu'aucun des officiers français ne parlait beaucoup l'anglais et que peu d'officiers britanniques avaient plus de 20 mots de français. Finalement, il fut décidé que l'attaque française serait soutenue par l'artillerie française, les Britanniques par leurs propres canons. À soixante-dix miles de là, alors que cette bataille des rivières se déroulait, les derniers fragments restants du corps expéditionnaire britannique furent ramenés chez eux depuis les plages cauchemardesques de Dunkerque.

LA BATAILLE D'ABBEVILLE

A cinq heures de l'après-midi du 3 juin, la route de Blangy à Saint-Maxent était fermée à la Cinquante et unième pour permettre aux Français de faire avancer leurs troupes, chars et canons de la Bresle. La bataille commencerait à l'aube; du moins c'était espéré. Mais les munitions pour les 75's français tardent à arriver, et l'attaque, semble-t-il, devrait être reportée. Tout au long de la courte nuit, la route de Blangy était terriblement encombrée, mais avant que le jour ne vienne, il était de nouveau clair et les 75's avaient leur équipage d'obus. Le 4 juin à trois heures, l'artillerie alliée ouvrit un feu intensif sur les positions allemandes, et une demi-heure plus tard, les chars et l'infanterie, français et écossais, s'avancèrent vers leur premier objectif.

Leur objectif était d'environ six milles de terrain surplombant les prairies d'eau de Caubert sur la droite au bois de Cambron sur leur gauche. Le 4e Camerons, à droite, attaquerait Caubert et la crête boisée appelée le Hérisson. Au centre, les Français avec leurs chars, et le 4e Seaforths sous commandement français, se dirigeraient vers le fort romain à l'extrémité nord du Mont de Caubert, et tenteraient de dégager tout le pays entre les deux routes principales qui mènent à Abbeville, Et le 1er Gordons, à gauche, attaquerait depuis Cahon le bois de Cambron et l'éperon dominant Cambron. La tâche de la 154e brigade, à l'extrême gauche, était d'empêcher l'ennemi de renforcer sa tête de pont. La Brigade n'avait aucun objectif à capturer.

Les Allemands, par malchance coïncidence, avaient également lancé une attaque pour le matin du 4, et à leur gauche - notre droite - leur infanterie se déplaçait quelques minutes avant l'ouverture de notre barrage. Lorsque la compagnie "B" du 4e Camerons s'avança vers le Hérisson, ils rencontrèrent, dans un champ de seigle bien en face de la colline, un bataillon allemand tout à fait indemne de coups de feu. Il y avait des combats sévères là-bas. Les Allemands avaient installé de nombreuses mitrailleuses dans le maïs et la compagnie "B" avait fait de nombreuses victimes. Un officier a survécu, le sous-lieutenant Robertson, qui a conduit les quarante autres membres de la compagnie dans un bois au nord-ouest de Mareuil-Caubert, où la compagnie «A» attendait. Là, il réorganisa son commandement et retourna au quartier général du bataillon à Huchenneville demanda plus de munitions pour reprendre son attaque contre le Hedgehog. Mais quand il a révélé sa force, il a été dissuadé de son ambition.

La compagnie "D", à gauche, s'avance contre Caubert et rencontre également l'infanterie allemande. Les deux pelotons de droite se sont frayé un chemin et les cinquante hommes qui ont survécu, sous le sous-lieutenant David Ross, ont atteint leur objectif. Les autres pelotons, avançant le long de la route nationale, rencontrèrent d'intenses tirs de mitrailleuses de la route devant eux et de la crête dominante du mont de Caubert, où les Français n'avaient pas réussi à capturer le camp de César.

Au centre, l'attaque était menée par un bataillon de chars lourds français et un bataillon de chasseurs portés. La plupart des chars ont été détruits, soit par des mines dans un champ de mines jusque-là non détecté, soit par des canons antichars qui n'avaient pas été observés jusqu'à ce qu'ils ouvrent le feu. Quelques chars ont atteint leur objectif, mais ont dû se retirer pour faire le plein, ou ont été repoussés: les Allemands avaient enfoncé leurs canons profondément dans le vallum crayeux du camp romain, et seul un bombardement prolongé et densément concentré aurait pu faire taire. leur. Une partie de l'infanterie motorisée française parvient jusqu'à Yonval, dans la vallée à l'ouest de la crête de Caubert, mais ne parvient pas à aller plus loin ni à tenir bon.

LES SEAFORTHS ONT

La deuxième vague de l'attaque était composée d'un bataillon de chars légers français et des principales compagnies du 4e Seaforths. Avançant des coteaux boisés à l'est de Bienfay, ils se sont approchés de la montée nue du Mont de Caubert. Mais les chars ne supportèrent pas plus de deux ou trois cents mètres de terrain découvert. Des mines les ont fait exploser ou des coups de feu les ont frappés et les ont désactivés. Les officiers et équipages de chars français étaient gais, confiants et superbement courageux. Ils ont vu leurs chefs frapper et neutralisés, mais sans aucun doute ni hésitation, ils ont dirigé leurs véhicules dans le feu mortel des canons anti-chars allemands, jusqu'à ce qu'ils soient eux aussi tués. Leurs réservoirs étaient inertes et inutiles, ou s'enflammaient. Ils ont tous été mis hors de combat.

Les Seaforth ont continué sans eux. Ils se sont heurtés à des tirs de mitrailleuses et ont été fauchés comme de l'herbe. Mais ceux qui ont vécu ont continué et l'attaque a été poussée un peu plus loin. Certains survivants ont atteint leur premier objectif, à environ six cents mètres de la pente. Ils étaient peu nombreux. Le sergent Donald MacLeod était le seul homme qui restait de son peloton. Lorsque son officier a été tué, MacLeod a dirigé le peloton. Homme après homme, tomba sous les mitrailleuses qui les abattirent comme une faucheuse. MacLeod lui-même, gravement blessé, est parti seul.

Lorsque le major Simon Fraser, commandant la compagnie "B", a été vu pour la dernière fois, il effectuait une reconnaissance avancée. Bien que sa société fût presque anéantie, il était toujours déterminé à atteindre son objectif. Il a refusé d'admettre les preuves de la défaite qui se trouvaient si abondamment sur la crête et a continué. Mais il n'y avait qu'une poignée d'hommes à suivre, et à sa gauche et en dessous de lui se trouvait l'infanterie française à Yonval, incapable d'avancer jusqu'à ce que le mont de Caubert eût été conquis. Et des chars qui auraient dû ouvrir la voie au camp de Casar, il n'en resta pas un.

Le 2nd Seaforths réussit, prenant l'un des bois de Bienfay, et à gauche la compagnie "C" du 1er Gordons s'avança de Cahon face à une forte opposition des postes de mitrailleuses ennemis, habilement dissimulés, et des quarante survivants de la compagnie atteint le bord du Grand Bois à l'ouest de Cambron à neuf heures. La société "D" a rencontré une résistance similaire; mais deux pelotons, bien que gênés par la difficulté de se frayer un chemin à travers un sous-bois épais, atteignirent leur objectif un peu plus tard, et à onze heures la compagnie était en position pour la phase suivante de l'attaque, avec le reste de "C" tenant le front nord du bois. L'ennemi, ont-ils rapporté, n'avait pas une grande force dans ce voisinage, mais ses postes de mitrailleuses étaient bien situés, et "ils gênent naturellement l'attaque", ont déclaré les Gordon en s'excusant.

Cependant, ils étaient impatients de continuer. Ils ont demandé la permission d'avancer sur leur deuxième objectif, mais le général Fortune a dû les refuser. Le centre n'avait pas suivi leur rythme et leur flanc droit était vulnérable. Même leur premier objectif était intenable et on leur a ordonné de se retirer. La défaite de la 31e division française et l'anéantissement de ses chars ont sonné le glas de tous; et la tête de pont d'Abbeville est restée. À l'extrême gauche, la 8e Btn d'Argyll et Sutherlands - avait été choisie pour un rôle discret dans l'action de la journée, mais leur commandant, le lieutenant-colonel Grant, avait ses propres idées. Il avait suggéré une tentative locale de réduire la tête de pont allemande à St Valerysur-Somme; mais la division, sous commandement français, était préoccupée par le front d'Abbeville, et Grant était déçu. Mais avec l'aide du Major Towers, R.A., commandant une batterie du 17e régiment de campagne à St Blimont, il a organisé une diversion intéressante. Avec un poste d'observation et un camion de téléphonie sans fil à Hourdel, ils ont bombardé des fosses de mitrailleuses allemandes dans les marais à l'ouest de la citadelle de Saint-Valéry et du Crotoy, de l'autre côté de la rivière où l'ennemi semblait se concentrer. Bien que sans influence immédiate sur la bataille, le bombardement du Crotoy, à distance extrême, eut des effets gratifiants.

La 152e brigade a perdu 20 officiers et 543 autres grades au cours des combats de la journée. Ses bataillons avaient été exposés aux tirs rapprochés de mitrailleuses, aux mortiers, à l'artillerie et aux bombardements en piqué; dans les Highlands ne s'étaient pas épargnés. Ils ont manifestement été réticents à admettre la défaite, et lorsque la défaite ne pouvait plus être niée, ils ont souvent conservé une attitude indépendante obstinée à son égard. Le sergent MacLeod, par exemple laissé blessé et seul sur la crête de Caubert, a échappé à l'ennemi pendant deux jours et deux nuits et a finalement rejoint son bataillon. David Ross, qui s'était frayé un chemin dans le village de Caubert, a été porté disparu; mais le 6 juin, quarante-huit heures après la bataille, il reparut à Martaineville avec un autre officier et soixante Cameron Highlanders qu’il avait conduits à travers dix ou douze milles de pays infesté des forces mobiles de l’ennemi. Et le lieutenant Hugh McRae, 4e Seaforths, qui a été blessé dans l'assaut sur la crête mais a atteint une position plus avancée, y est resté jusqu'à la tombée de la nuit, puis de ses deux un demi-vingt hommes, qui étaient tous des victimes, ont péniblement cherché et recueilli le rares sont ceux qui pouvaient marcher, et les ont conduits au poste de secours régimentaire le plus proche lors de certaines captures.


Cordialement

Adam


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis : Trier par 
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [1 message ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org
[Time: 0.328s | Queries: 22 | Peak Memory Usage: 5.56 Mio | GZIP: On ]