Nous sommes actuellement le dim. août 14, 2022 12:53 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Atteindre la page 1 2 Suivant
Auteur Message
 Sujet du message : 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : mer. avr. 29, 2020 15:52 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie divisionnaire

voir le sujet sur les 21e et 221e régiments d'artillerie coloniale:
viewtopic.php?f=36&t=3391&p=19368#p19368

Journal officiel du 22 novembre 1940 page 5777

Le général d'armée, commandant en chef des forces terrestres, ministre secrétaire d'Etat à la guerre, cite à l'ordre de l'armée :

VILLEMAUD (Gustave), chef d'escadron au 21e régiment d'artillerie : officier supérieur de réserve ayant donné à sa troupe le plus bel exemple de valeur morale et de courage. Père de six enfants, a demandé à assurer, le commandement de son groupe de 75. Dans les combats au Sud d'Amiens, du 6 au 8 juin 1940, a obtenu de son unité un rendement magnifique malgré les bombardements et les attaques par chars, payant inlassablement de sa personne et stimulant son personnel par son indomptable énergie.

(Cette citation annule et remplace la citation à l'ordre de la division accordée pour le même motif par ordre n° 16 de la 24e D.I. en date du 11 juillet 1940.)

LÉGION D'HONNEUR
POUR OFFICIER
(Pour prendre rang du 12 octobre 1940)
J.O. du 14 février 1941 page 735

VUILLEMAUD (Gustave-Marie-Jean), chef d'escadron, 21e régiment d'artillerie divisionnaire : bien que dégagé de toutes obligations militaires et père de six enfants, a tenu à rester à la tête de son groupe de 75. Y a montré de rares qualités d'énergie et d'audace, maintenant le feu de ses pièces, notamment les 7 et 8 juin 1940, même enveloppé par les Blindés ennemis.

7 juin 1940

P.Vasselle - La bataille au sud d'Amiens - page 160 et suivante

(...) Le 3e groupe du 21e régiment d'artillerie commandé par le chef d'escadron Villemaud , fut amené à intervenir énergiquement à plusieurs reprises par le feu de ses batteries : la 8e batterie, sous les ordres du capitaine de la Beaumelle, secondé par le lieutenant Davous était à L'Hortoy ; la 7e batterie du capitaine Bonnet et la 9e du capitaine Bontemps étaient aux lisières du bois de Lawarde. Dès 7 heures du matin, ces batteries avaient exécuté des tirs à vue sur des chars apparaissant aux abords du bois de Berny. Elles avaient été rapidement repérées par eux et avaient subi un tir meurtrier de leurs canons et mitrailleuses lourdes (...) nos batteries exécutèrent un tir à vue sur les chars. Plusieurs furent touchés, l'un d'eux fit explosion, les autres se replièrent.
Le 3e groupe du 21e, de plus en plus repéré, subit alors une attaque massive par l'aviation ennemie. ce bombardement, de peu d'efficacité sur le personnel, eut des effets sérieux sur le matériel. A la batterie Beaumelle, des coups jointifs encadrèrent les pièces ; à la batterie Bontemps, la lisière du bois fut rasée, les boucliers des pièces tordus, deux lots de munitions sautèrent. A la batterie Bonnet, une seule pièce resta en état de tirer.
A l'instant où finissait ce bombardement, une puissante attaque de chars fut déclenchée sur le bois de Perdriamont comme on pouvait s'y attendre; Aussitôt, toutes les pièces encore utilisables des trois batteries qui viennent d'être bombardées entrèrent en action avec une superbe vigueur et le combat devint d'une intensité impressionnante.
Dans le bois de Lawarde, enveloppé de fumée, nos 75 tirent à toute volée; une pièce en quatre minutes envoie 52 coups ; des fantassins viennent spontanément aider les artilleurs, ils font la chaîne pour passer les munitions ; le bruit des départs, le tintement des douilles éjectées, font un tintamarre assourdissant, tous sont grisés par l'odeur de la poudre, le bruit et la fumée.(1)
(1) D'après l'historique du 3e groupe du 21e d'artillerie, ce groupe constituait la seule unité de 75 du groupement qui sous les ordres du Lieutenant Colonel BLANCHET, avait mission d'appuyer le 63e R.I. dans le secteur central. Ce groupement comprenait, en outre, un groupe de 155 du 221e et le groupe de 105 du 351e replié du secteur de la 16e D.I. (P. Vasselle - po. cit.)


_._._._._

Journal officiel du 22 novembre 1940 page 5777

BONTEMPS (Pierre), capitaine à titre temporaire au 21e régiment d'artillerie : commandant de batterie, plein de bravoure et de sang-froid. Le 7 juin 1940, sa batterie étant soumise à des tirs à vue de l'artillerie ennemie, a exécuté sans défaillance toutes les missions de tir prescrites, infligeant à l'ennemi de lourdes pertes en infanterie et en chars.

(Cette citation annule et remplace la citation à l'ordre de la division accordée pour le même motif par ordre n° 1C de la 24e D. I. en date du 11 juillet 1940.)



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : mar. mai 19, 2020 14:26 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e RÉGIMENT D'ARTILLERIE

UNE BATTERIE ANTI-CHARS (7 juin 1940)

la 10e batterie de défense anti-chars du 21e régiment d’artillerie

LE 7 juin, la 10e batterie de défense anti-chars du 21e régiment d’artillerie est en position dans la région au sud d’Amiens, la 6e pièce au nord-est du bois de Quennetot, la 8e en bordure de la route Esserteaux-Jumel, la 2e dans les vergers au nord de Flers. Vers midi, les 105 ennemis prennent à partie la 6e pièce. Quelques caisses de munitions prennent feu. Le maréchal des logis Dauber et deux servants éteignent l'incendie avec des moyens de fortune. Soudain des tirs d’armes automatiques et de canons annoncent l’arrivée des chars. Un obus tombe à proximité de l’observatoire du chef de section, l’adjudant-chef Brucker, qui est enterré. Aussitôt dégagé par ses hommes, il se rend en rampant au poste de commandement de la 10e compagnie du 50e régiment d’infanterie, pour demander une mitrailleuse afin d’assurer une protection plus efficace de sa pièce de 47, qu’aucun élément d’infanterie ne couvre. Mais le tir des chars, auquel se mêle maintenant celui des mitraillettes, devient si violent qu'il ne pourra la ramener à la position. Tandis qu’il attend une accalmie problématique, les chars débouchent à 300 mètres de la 6e pièce. Le brigadier-chef Petit vise le plus rapproché. Il vire à temps ; l'obus passe devant lui. Le deuxième projectile est au but. Presque instantanément, le char flambe. En quelques coups, trois autres chars sont immobilisés. Le fusil-mitrailleur oblige les servants, qui sortent, à se replier derrière leurs engins. Déjà blessé, le maréchal des logis Dauber, atteint à nouveau, tombe sur les genoux du pointeur et refuse les soins de ses camarades. A ce moment, un cinquième char bondit hors du couvert où il s'abritait. Touché au moment précis où il va disparaître dans un repli de terrain, il s'arrête, désormais inoffensif.
Longue attente. Dauber, très faible, consent à se laisser diriger vers l'arrière. Quatre de ses hommes le transportent dans une couverture pendant 10 kilomètres et ne le quittent qu’après l’avoir déposé dans un fourgon sanitaire. Pendant ce temps le brigadier chef Diem, des avant-trains, et trois conducteurs, bien que non initiés au service du 47, se sont portés au canon dans la crainte d'un retour offensif de l’ennemi, mais aucun char ne se présente dans leur champ de tir.
La 8e pièce, de son côté, a mis hors de combat un char lourd et une automitrailleuse, et la 7e a démoli deux engins blindés. Quant à la 2e pièce, qui a subi un bombardement intense, elle sera moins heureuse. Son chef, le maréchal des logis Fleuret, a été mortellement blessé. Sous le feu, le brigadier-pointeur Hahn continue à assurer l’observation. Blessé à son tour, il gagne une tranchée proche et se fait panser. A ce moment, un char débouche à 50 mètres. Hahn n'a pas le temps de regagner son poste. Montrant son épaule blessée à l'ennemi qui le mitraille à bout portant, il tombe en s'écriant : « Croix de guerre ! » Le char, impitoyable, dirige son feu sur les servants, passe et repasse sur les jambes du chef de pièce et écrase, enfin, les flèches du canon. Le lendemain, 8 juin, les pièces qui ont échappé à la destruction prennent position aux bifurcations des routes menant vers Beauvais.

In Marc-André Fabre, « Avec les héros de 40» (page 207 a 209)


J.O. du 20 octobre 1941 page 4570
Médaille militaire

DAUBER (Paul), maréchal des logis an 21e régiment d'artillerie : excellent sous-officier. A été grièvement blessé par éclat d'obus et par balle, le 7 juin 1940, au cours d'une attaque d'engins blindés ennemis dans la Somme.


Site : Mémoire des Hommes
Henri Ferdinand HAHN
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye, (Somme)
Né le16 juillet 1904 à Pierrepont (Meurthe-et-Moselle)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : mar. mai 19, 2020 15:35 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Soldats Morts pour la France du 21e R.A.D. dans la Somme :

Le 5 juin 1940

Jean LUCBERT
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Hangest-sur-Somme, (Somme)
Né le 10 octobre 1900 à Aillas (Gironde)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France
Sépultures de guerre
Louis LUCBERT
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Hangest-sur-Somme (Somme)
soldat au 21 R.A. Coloniale
Mort pour la France
Lieu de sépulture : Condé-Folie
nécropole nationale de "Condé-Folie"
Type de sépulture : tombe individuelle
Numéro de la sépulture : 876

J.O. du 8 août 1941 page 3319
Médaille militaire à titre posthume pour les militaires suivants :

LAGUERRE (André), maréchal des logis : sous-officier très courageux et énergique. A été mortellement atteint, le 5 juin 1940, à son poste de combat, à Aumont *, dans l'accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec palme.
André François LAGUERRE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Molliens-Dreuil, (Somme)
Né le 3 décembre 1913 à Banat (Ariège)
21e RAC légère mixte malgache
Mort pour la France

* Aumont, commune située au Nord d'Hornoy-le-Bourg dans le département de la Somme

GACHASSIN (Georges-Jules-Baptiste), brigadier : brigadier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'artillerie ennemie. A été Mortellement blessé à son poste de combat, le 6 juin 1940, Au Mesge (Le) (Somme). Croix de guerre avec palme.
Georges Jules Baptiste GACHASSIN
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Lamaronde, (Somme)
Né le 15 août 1908 à Lourdes (Hautes-Pyrénées)
21 e RAC
Mort pour la France
tué à l'ennemi

SIDOINE (Joseph-Dominique), brigadier : brigadier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'artillerie ennemie. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, au Mesge (Somme). Croix de guerre avec palme.
Joseph Dominique SIDOINE
Mort pour la France le 5 juin 1940 Le Mesge, (Somme)
Né le 30 juillet 1908 à Bernac-Debat (Hautes-Pyrénées)
21 e RAC légère mixte malgache
Mort pour la France

DUFAU (Paul-André-Dieudonné), soldat : canonnier brave et dévoué. A été mortellement blessé, le 5 juin 1940, à son poste de combat, au Mesge (Le), dans l'accomplissement de son devoir. Croix de guerre avec palme.
Paul André DUFAU
Mort pour la France le 5 juin 1940 Le Mesge, (Somme)
Né le 24 octobre 1911 à Asveyres (Gironde)
21 e RAC légère mixte malgache
Mort pour la France

FAVERAUD (Edmond), soldat : canonnier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'artillerie et d'infanterie ennemies. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, à Riancourt (Somme). Croix de guerre avec palme.
Edmond FAVERAUD
Mort pour la France le 5 juin 1940 Riencourt, (Somme)
Né le 3 mai 1910 à Braud et Saint Louis (Gironde)
21 e Rgt colonial d'artillerie légère mixte malgache
Mort pour la France
tué à l'ennemi

FRECHE (Louis), soldat : canonnier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'artillerie et d'infanterie ennemies. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, au Mesge (Somme). Croix de guerre avec palme.
Louis FRECHE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Riencourt, (Somme)
Né le 27 juin 1901 à Durdères (Lot-et-Garonne)
Mort pour la France
Cause du décès : blessures de guerre

MANEM (Henri-François), soldat : canonnier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un feu intense d'artillerie et d'infanterie ennemies. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, au Mesge (Somme). Croix de guerre avec palme.
Henri François MANEM
Mort pour la France le 5 juin 1940 Le Mesge, (Somme)
Né le 2 novembre 1912 à Varaignes (Dordogne)
21 e Rgt Colonial Artillerie légère mixte Malgache
Mort pour la France
Cause du décès : des suites de blessures

RISS (Louis-Emile), soldat : canonnier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'infanterie et d'artillerie ennemies. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, au Mesge (Somme). Croix de guerre avec palme.
Louis Emile RISS
Mort pour la France le 5 juin 1940 Le Mesge, (Somme)
Né le 29 mai 1910 à Plancher-Bas (Haute-Saône)
21 e Rgt colonial artillerie mixte malgache
Mort pour la France

Le 6 juin 1940

Bernard IBAR
Mort pour la France le 6 juin 1940 (Airaines, Somme)
Né le 8 mai 1910 à Etchebar (Pyrénées-Atlantiques)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Pierre René Prosper DELAVEAU
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Fransures, (Somme)
Né le 10 novembre 1911 à Morolles en Beauce ( Yvelines)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué à l'ennemi

21e régiment d'artillerie coloniale
J.O. du 15 mai 1942 page 1781
Attribution de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme
PUJO (Jean), brigadier au 21e régiment d'artillerie coloniale : gradé courageux et dévoué. A été grièvement blessé, le 6 juin 1940, au bois le Warlus, alors qu'il portait secours à un camarade blessé.

Le 7 juin 1940

Jean AUDOIN
Mort pour la France le 7 juin 1940 Lanvardé ??? (Somme) (Lawarde-Mauger, Somme)
Né le 23 juillet 1907 à Alloue (Charente)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

J.O. du 20 octobre 1941 page 4570
Attribution de la Médaille militaire
COMPTE (Louis), canonnier au 21e régiment d'artillerie canonnier brave et dévoué. A été grièvement blessé par éclat d'obus, le 7 juin 1940, au cours d'un bombardement de sa position de batterie, à Lorquoy. (???) S'agit-il de L'Hortoy (Commune de Lawarde-Mauger-L'Hortoy)

Pierre Henri Justin BEAUX
Mort pour la France le 7 juin 1940 (Bois de Rogy (Somme)
Né le 3 avril 1910 à Agen (Lot-et-Garonne)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

Pierre DARNAJOUX
Mort pour la France le 7 juin 1940 (Bois de Rogy), Somme)
Né le 31 décembre 1906 à Cieux (Haute-Vienne)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
21e régiment d'artillerie divisionnaire
J.O. du 27 septembre 1942 page 3306
Médaille militaire à titre posthume
DARNAJOUX (Pierre), canonnier : canonnier plein de sang-froid et de courage. Dans la journée du 7 juin 1940, au bois de Rogy (Somme), étant guetteur aux fusées, est resté à son poste dans un arbre malgré un violent bombardement au cours duquel il a été mortellement blessé. A été cité.

Pierre Francisque GENILLIER
Mort pour la France le 7 juin 1940 (Rogy, Somme)
Né le 31 décembre 1913 à Sermentifon (Puy-de-Dôme)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

Jean Henri René MIGNOT
Mort pour la France le 7 juin 1940 (au bois de Rogy) Rogy (Somme)
Né le 7 avril 1907 à Breuil (Creuse)
Grade : canonnier
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
21e rég. d'artillerie divisionnaire.
J.O. du 4 novembre 1942 page 3676
Médaille militaire à titre posthume
MIGNOT (Jean-Henri-René), canonnier : canonnier brave et dévoué. A trouvé une mort glorieuse à son poste de combat, le 7 juin 1940, au bois de Rogy, lors d'un tir d'arrêt exécuté sous un violent bombardement. A été cité.

Auguste Roger DROUET
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye, (Somme)
Né le 31 décembre 1914 à Périgue (Deux-Sèvres)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

Henri Ferdinand HAHN
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye, (Somme)
Né le16 juillet 1904 à Pierrepont (Meurthe-et-Moselle)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Jean Louis HERMANGE
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye, (Somme)
Né le 22 mars 1906 à Rasnières (Nord)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Georges RUCH
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye, (Somme)
Né le 21 septembre 1908 à Hoerdt (Bas-Rhin)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
21e rég. d'artillerie.
J.O. du 24 juin 1944 page 1619
Médaille militaire à titre posthume
RUCH (Georges), canonnier, classe 1928, matricule 1853 au recrutement de Strasbourg : canonnier courageux et discipliné. Au cours de l'attaque ennemie du 7 juin 1940, à Flers-sur-Noye (Somme), sa pièce ayant été prise à revers par les chars ennemis, n'a pas quitté son poste et s'est fait tuer glorieusement sur place. A été cité.

René Clément MARTINEAU
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Fransures, (Somme)
Né le 9 mars 1908 à Le Girouard (Vendée)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

J.O. du 17 juin 1941 page 2539
Médaille militaire
GAYOT (Raymond), canonnier au 21e régiment d'artillerie : sa batterie ayant épuisé toutes ses munitions et ayant fait sauter les pièces, Le 7 juin 1940, aux environs d'Amiens, a été grièvement blessé par éclat d'obus au moment où il s'apprêtait à combattre avec son arme individuelle. Paralysie d'un bras.

Mathieu SIMON
décédé le 7 juin 1940 à Conty (Somme)
né le 26 avril 1915 à Lanty (Nièvre)
Soldat au 21e R.A.D. tué à l'ennemi
Mort pour la France tué au combat
21e rég. d'artillerie divisionnaire.
J.O. du 4 novembre 1942 page 3676
Médaille militaire à titre posthume
SIMON (Mathieu), canonnier : canonnier brave et dévoué. Au cours de l'attaque ennemie du 7 juin 1940, aux abords de Conty (Somme), s'est porté volontairement pour assurer le guet aux chars, A été tué glorieusement à son poste de combat. A été cité.

Le 8 juin 1940

Pierre Marie BOUYON
Mort pour la France le 8-06-1948(???) 1940 (Bois de Villiers) ??? (Somme)
Né le 24 mars 1907 à Neuvic (Corrèze)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

Henri Maurice PATOUR
Mort pour la France le 8 juin 1940 à Amiens, (Somme)
Né le 7 novembre 1917 à Les Mathes (Charente-Maritime)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Le 10 juin 1940

Louis Jules NOEL
Mort pour la France le 10 juin 1940 (Montdidier, Somme)
Né le 10 septembre 1908 à Saint-Marien (Creuse)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Michel Marcel PETIT
Mort pour la France le 10 juin 1940 (Folleville, Somme)
Né le 29 septembre 1908 à Chancelade (Dordogne)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

Gaston ROBERT
Mort pour la France le 10 juin 1940 (Amiens, Somme)
Né le 6 janvier 1917 à Fouras (Charente-Maritime)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

Le 12 juin 1940

Wolgat Amée LEMPEREUR
Mort pour la France le 12 juin 1940 (Amiens, Somme)
Né le 23 juin 1910 à Bucquoy (Pas-de-Calais)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : des suites de blessures




Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : mer. mai 20, 2020 10:20 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Morts pour la France du 21e RA dans l'Oise

Marcel Louis CESSAC
Mort pour la France le 8 juin 1940 (Tartigny, Oise)
Né le 17 janvier 1911 à Perpezac-le-Noir (Corrèze)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France

Victor LABATTUT
Mort pour la France le 8 juin 1940 (Beauvoir, Oise)
Né le 27 mai 1917 à St Symphorien (Gironde)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France

René LAMBERT
Mort pour la France le 9 juin 1940 (Crèvecoeur-le-Petit, Oise)
Né le 5 novembre 1907 à Nantheuil (Dordogne)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France

Joseph SOL
Mort pour la France le 10 juin 1940 (Ravenel, Oise)
Né le 10 juin 1908 à Chenaillers Mascheix (Corrèze)
Unité : 21e régiment d'artillerie (21e RA)
Mention : Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat

21 e RCALMM

BEARIFO
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Formerie, (Oise)
Né le 1907 à Manaratsandry - canton de Maromandia - district de Brickaville (Madagascar)
21 e RCALMM 6e batterie
Mort pour la France
Cause du décès : tué au combat
Sources : Service historique de la Défense, Caen
Cote : AC 21 P 16279



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : jeu. mai 21, 2020 10:41 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Blessés au combat du 21e RA dans l'Oise

J.O. du 30 octobre 1941 page 4703
Médaille militaire
JAULIN (Albert), canonnier au 21e régiment d'artillerie : canonnier courageux. Grièvement blessé par éclat d'obus, le 8 juin 1940, alors qu'il assurait la protection du repli de son unité à Breteuil, malgré la gravité de sa blessure, a réussi à rejoindre nos lignes pour ne pas tomber aux mains de l'ennemi.


(Pour prendre rang du 14 mars 1941)
J.O. du 20 juin 1941 page 2591
Médaille militaire
BRISSET (Joseph), maréchal des logis au 21e régiment d'artillerie : a été très grièvement blessé le 9 juin 1940 à la Suite d'une chute de cheval, au cours d'un changement de position dans l'Oise. Amputé du bras droit.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : jeu. mai 21, 2020 11:19 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
J.O. du 28 février 1942 page 873

21e régiment d'artillerie (4e liste).

Ordre n° 12 du 30-6-40 du 25e C. A.

A l'ordre du C. A.

BIDET (Marcel), vétérinaire lieutenant.

Ordre n° 2 du 28-6-40 de l'.A. D. 24.

A l'ordre de la brigade.

ROUSSEAU, vétérinaire lieutenant.


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : ven. mai 22, 2020 15:07 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
voir ajout des combats du 7 juin 1940 dans le 1er message consacré au 21e R.A d'après le récit du livre de Pierre vasselle sur la bataille au sud d'Amiens


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : dim. juil. 26, 2020 15:58 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Mort pour la France du 21e RAD dans l'Oise mais grièvement blessé à Rogy (Somme) le 7 juin 1940

Georges Emile PELLETEY
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Hardivillers, (Oise)
Né le 29 juillet 1909 à Toul (Meurthe-et-Moselle)
21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mort pour la France
tué au combat
J.O. du 12 février 1944 page 465
Médaille militaire à titre posthume
PELLETEY (Georges-Emile), brigadier-chef, classe 1929, matricule L. M. 1147 au recrutement de Nancy : gradé intelligent, courageux et discipliné, qui s'est toujours conduit d'une façon exemplaire en toutes circonstances. A participé à tous les combats de son unité. Grièvement blessé au cours de l'attaque ennemie du 7 juin 1940 près de Rogy, a demandé à ses camarades de l'abandonner pour ne pas retarder le repli. Est mort des suites de ses blessures. A été cité.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : lun. mai 31, 2021 16:35 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie coloniale

J.O. du 5 octobre 1941 page 4297
Attribution de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme
(Pour prendre rang du 4 juin 1941)
PIERSON (Jean-Charles-Lucien), aspirant au 21e régiment d'artillerie coloniale : jeune aspirant plein de sang-froid, de courage et d'énergie. Le 5 juin 1940, au bois de Warlus, (Somme) au cours d'une attaque de chars contre sa batterie, a commandé et pointé lui-même, sous le feu, ses pièces et détruit plusieurs engins ennemis: Le 6 juin bien que blessé deux fois et ayant un bras brisé, a été chargé de conduire une trentaine d'hommes à un groupe voisin. Se heurtant à des éléments ennemis, a forcé le passage par une charge à la baïonnette, puis, après avoir rampé sous le feu des chars ennemis, est parvenu à rejoindre le commandant de groupe. La nuit suivante, cherchant à se replier sur Aumale, conformément aux ordres reçus, a réussi à échapper à six petits postes ennemis, mais, à bout de force, a fini par être fait prisonnier.

21e régiment d'artillerie coloniale
J.O. du 17 septembre 1942 page 3183
Légion d'Honneur à titre posthume
OTTOMANI, sous-lieutenant : officier plein de bravoure et d'allant. Après avoir fait preuve des plus belles qualités militaires au cours des combats de mai 1940, a trouvé une mort glorieuse à son poste de combat au bois de Warlus, le 5 juin, après une journée de lutte ardente contre des chars ennemis. A été cité.
Vincent OTTOMANI
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Airaines, (Somme)
Né le 30 octobre 1902 à Poggio-di-Nazza (Corse-du-Sud)
21e RAC
Mort pour la France
tué au combat

J.O du 9 avril 1941 page 1529
Nomination dans la Légion d'Honneur pour chevalier
COUDERC (Jean), capitaine au 21e régiment d'artillerie coloniale : officier d'une très haute valeur morale ayant donné l'exemple des plus belles vertus militaires. Le 5 juin 1940, a repoussé avec sa batterie l'assaut de plusieurs vagues de chars détruisant les uns et dispersant les autres. Le lendemain, assailli avec une violence accrue par un nombre considérable de chars, a vu successivement ses pièces prises à partie. A néanmoins continué à tirer jusqu'à ce que son matériel fût complètement hors de combat.

J.O. du 2 février 1942 page 480
Attribution de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme
RIVES (Pierre), brigadier au 21e régiment d'artillerie coloniale : gradé calme et dévoué. A été très grièvement atteint par éclats d'obus et par balles, le 6 juin 1940, à son poste de combat, dans la Somme. Atteint d'impotence fonctionnelle du bras droit et de la jambe droite.

J.O. du 5 janvier 1942 page 96
Attribution de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme
LUCQ (Jean), canonnier au 21e régiment d'artillerie coloniale : canonnier courageux. A été grièvement blessé par éclat d'obus, le 6 juin 1940, au cours d'un combat rapproché entre une formation blindée ennemie aux environs d'Amiens. Atteint d'ankylose du genou gauche.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : lun. mai 31, 2021 16:38 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie coloniale

J.O. du 27 août 1942 page 2933
21e régiment d'artillerie coloniale
Légion d'Honneur à titre posthume
KEROURIO (Jean), capitaine : officier ayant la plus haute conception de ses devoirs militaires. Commandant de batterie d'une bravoure admirable. Le 5 juin 1940, au bois de Le Mesge, impassible sous un violent bombardement; a donné l'exemple de la plus haute conscience du devoir et du plus grand calme, jusqu'au moment où il a été tué glorieusement à son poste de combat. A été cité.
Jean Baptiste KEROURIO
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Le Mesge, (Somme)
Né le 4 août 1907 ( Morbihan)
4e RAC ???
Mort pour la France
tué au combat

21e régiment d'artillerie coloniale
J.O. du 2 août 1942 page 2367
Médaille militaire à titre posthume
VERMOREL (Michel-François-Marie), maréchal des logis : excellent sous-officier, calme au feu. A été blessé mortellement, le 5 juin 1940, à Airaines (Somme), au cours d'une attaque d'engins blindés ennemis. A été cité.
Michel François Marie VERMOREL
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Airaines, (Somme)
Né le 5 juin 1913 à Nantes (Loire-Atlantique)
21e RAC
Mort pour la France
tué au combat
Géographie historique : Depuis le 1er octobre 1972, Dreuil-Hamel est rattachée à Airaines.

J.O. du 25 avril 1942 page 1586
Légion d'Honneur
21e régiment d'artillerie coloniale
VERLINGHE (Pierre-Henry), lieutenant, jeune et brillant officier, ayant toujours donné l'exemple des plus belles qualités militaires. Après s'être distingué au cours des combats de mai 1940 a trouvé une mort glorieuse à son poste de combat le 5 juin. A été cité.
Pierre Henri Auguste VERLINGUE
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Warlus, (Somme)
Né le 5 septembre 1910 à Paris
21e RAC
Mort pour la France

J.O. du 18 mai 1942 page 1822
Médaille militaire
GOURGUES (Franck), maréchal des logis au 21e régiment d'artillerie coloniale : excellent sous-officier. A été grièvement blessé, le 6 juin 1940, au bois de Warlus, alors qu'il assurait un tir à vue sur l'ennemi approché à 400 mètres de sa pièce. A perdu l'œil gauche.

J.O. du 27 septembre 1942 page 3307
Médaille militaire à titre posthume
DULAC (Yvan), canonnier : canonnier remarquable par son sang-froid et son mépris du danger. A continué à assurer sa mission sous un tir intense d'artillerie et d'infanterie ennemies. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 7 juin 1940, au Vésinet (Seine). A été cité.
Yvan DULAC
Mort pour la France le 7 juin 1940 (Le Vésinet (hôpital), (Yvelines)
Né le 8 décembre 1909 à Eynesse (Gironde)
21 e RAC
Mort pour la France
Cause du décès : plaie à l'abdomen par éclats d'obus

Bien que décédé au Vésinet, il est probable qu'il ait été blessé sur le front de la Somme



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : lun. mai 31, 2021 16:42 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
J.O. du 22 octobre 1943 page 2734
Médaille militaire à titre posthume
21e régiment d'artillerie coloniale.
AUDUREAU (André) canonnier : excellent pointeur, brave et plein d'allant. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 5 juin 1940, à Quesnoy-sur-Airaines, au cours d'une attaque d'engins blindés ennemis. A été cité.
André AUDUREAU
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Quesnoy-sur-Airaines, (Somme)
Né le 13 octobre 1908 à Saint An Douarony ??? Saint Androny (Gironde) ???
21e régiment d'infanterie coloniale (21e RIC)
Mort pour la France
tué à l'ennemi



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : jeu. juin 17, 2021 13:47 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)

Pierre Henri Justin BEAUX
Mort pour la France le 7 juin 1940 (Bois de Rogy (Somme)
Né le 3 avril 1910 à Agen (Lot-et-Garonne)
21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mort pour la France

21e régiment d'artillerie
J.O. du 10 octobre 1941 page 4382
Nomination dans la Légion d'Honneur à titre posthume
BEAUX (Pierre), sous-lieutenant de réserve : officier énergique et plein d'allant, toujours prêt à payer de sa personne pour donner l'exemple. A été mortellement blessé à son poste de combat, le 7 juin 1940, au bois de Rogy (Somme), en assurant l'exécution d'un tir d' arrêt sous un violent bombardement. A été cité.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : jeu. juil. 01, 2021 14:56 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie coloniale

Montagne-Fayel, (Somme)

du 3 au 7 juin 1940

DIOP ABDOU
Mort pour la France le 3 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né en 1914 à Affé Diena
21e RAC
Mort pour la France
tué à l'ennemi

André Georges LABASOUQUE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 23 octobre 1912 à Villeneuve-de-Marsan (Landes)
21e RAC
Mort pour la France

J.O. du 24 juin 1944 page 1620
Attribution de la médaille militaire à titre posthume
BIDAUBAYLE (Eloi), maréchal des logis, classe 1933, matricule 45 au recrutement de Mont-de-Marsan : sous-officier aussi brave que modeste. S'est particulièrement distingué les 5 et 6 juin 1940 en maintenant le tir de sa pièce sous un bombardement très violent. A été blessé mortellement le 6 juin 1940, à Montagne-Fayel (Somme). A été cité.
Eloi BIDAUBAYLE
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 15 février 1913 à Mazerolles (Landes)
21e Régiment d'Art. Coloniale 2e Batterie
Mort pour la France

Raymond Roger BATZ
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, Somme)
Né le 5 avril 1914 à Mont-de-Marsan (Landes)
21 e RACL
Mort pour la France
tué à l'ennemi

Lucien Maximin MINVIELLE
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 7 janvier 1914 à Andoins (Pyrénées-Atlantiques)
21e RAC
Mort pour la France

Camille Emile PEYROU
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 8 mai 1907 à Moncamp (Pyrénées-Atlantiques)
21e RAC
Mort pour la France
tué par éclats d'obus

Joseph Alexandre Justin DEYRIS
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 14 mars 1910 à Dax (Landes)
21e RAC
Mort pour la France



Morts pour la France à Montagne-Fayel (Somme) appartenant à d'autres régiments

Maurice Lucien LAUNAY
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 3 janvier 1914 à Avissi ??? (Sarthe)
6e régiment de dragons (6e RD)

Bernard Albert CASTAGNOS
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 1er janvier 1915 à Aldudes (Pyrénées-Atlantiques)
53e régiment d'infanterie coloniale (53e RIC)

François Pierre Marie MADEC
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Montagne-Fayel, (Somme)
Né le 6 avril 1913 à Havre (Le) (Seine-Maritime)
5e régiment de Cuirassiers



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : jeu. juil. 22, 2021 16:29 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie divisionnaire

Le 7 juin 1940

Jean AUDOIN
Mort pour la France le 7 juin 1940 Lanvardé ??? (Somme) (Lawarde-Mauger, Somme)
Né le 23 juillet 1907 à Alloue (Charente)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

21e régiment d'artillerie
J.O. du 26 avril 1942 page 1603
Attribution de la Médaille militaire à titre posthume
AUDOIN (Jean-Pierre), canonnier : infirmier du plus beau courage. A été tué au cours de l'attaque ennemie du 7 juin 1940, au bois de Lawarde-Mauger (Somme), en se portant au secours d'un camarade blessé. A été cité.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
 Sujet du message : Re: 21e régiment d'artillerie
MessagePublié : mar. août 10, 2021 19:41 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
21e régiment d'artillerie

J.O. du 3 janvier 1944 page 77
Attribution de la Médaille militaire à titre posthume pour les deux artilleurs suivants :

Les 7 et 8 juin 1940

Pierre Marie BOUYON
Mort pour la France le 8 juin 1940 (Bois de Villiers) (Somme)
Né le 24 mars 1907 à Neuvic (Corrèze)
Unité : 21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mention : Mort pour la France

BOUYON (Pierre), canonnier, classe 1927, matricule 603 au recrutement de Tulle : canonnier courageux et animé d'un sens élevé du devoir. A été blessé mortellement à son poste de combat, le 8 juin 1940, à Tartigny (Oise). été cité.

HAHN (Henri-Ferdinand), brigadier, classe 24, matricule LM 879 au recrutement de Nancy : brigadier pointeur d'un beau courage. Au cours de l'attaque ennemie du 7 juin 1940 à Flers-sur-Noye (Somme), sa pièce ayant été prise à revers par les chars ennemis, n'a pas quitté son poste et s'est fait tuer glorieusement sur place. A été cité.

Henri Ferdinand HAHN
Mort pour la France le 7 juin 1940 à Flers s/ Noye, (Somme)
Né le 16 juillet 1904 à Pierrepont (Meurthe-et-Moselle)
21e régiment d'artillerie divisionnaire (21e RAD)
Mort pour la France
tué au combat


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Atteindre la page 1 2 Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Bing [Bot] et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org
[ Time: 0.427s | Queries: 23 | Peak Memory Usage: 13.8 Mio | GZIP: On ]