Saint-Maximin en 1944

Les premières destructions massives qui ont touché la commune de Saint-Maximin ont eu lieu dans la nuit du 4 au 5 juillet 1944. En fait, ce sont des dommages collatéraux, la cible étant la carrière du Couvent à Saint-Leu d’Esserent.

A Trossy Saint-Maximin un dépôt de campagne (Feldmulag*) abritant un millier de bombes volantes V1 était prévu à proximité de la voie ferrée dans les carrières adjacentes. Ce centre de stockage était codé MARTHA par les Allemands. Des travaux préliminaires avaient commencés mais l’activité fut rapidement stoppée suite aux nombreux bombardements visant la commune de St-Leu et au repérage du chantier par les Alliés.

D’après un rapport allemand du 5 juillet 1944, il était prévu l’allocation de 8000 à 10000 mètres cubes de béton pour terminer le dépôt de Trossy Saint-Maximin en 6 semaines !

Un second projet d’aménagement fut ensuite retenu concernant l’installation d’un centre de production d’oxygène liquide pour les fusées A4/V2 (O2 Erzeugungs Anlage n°1305) mais celui-ci fut aussi rapidement abandonné.

Le comité de travail interarmes «Crossbow», réuni le 27 juillet 1944, recommande que Rully-la-Montagne (près de REIMS) et Saint-Leu d’Esserent doivent rester une cible prioritaire, en second lieu, deux sites suspectés de stockage de bombes volantes  devront être attaqués : Méry-sur-Oise et Trossy Saint-Maximin. Aucun lien direct n’avait été fait avec Trossy et l’activité Crossbow, mais :

« …C’est à présent le lieu d’une grande activité. Le site consiste en une carrière à ciel ouvert avec des entrées de tunnel servies par la route et le rail et la dernière observation (le 20 juillet 1944) montre quatre grandes fosses circulaires dans une desquelles un réservoir a été installé. Les sources au sol (les renseignements locaux, la Résistance) parlent d’un dépôt de carburant. Sa situation à 1,6 km de Saint-Leu d’Esserent et l’apparition générale d’activités est en accord avec l’hypothèse que ce site est activement ou éventuellement concerné par Crossbow. » 1

Le destin de Saint-Maximin est désormais scellé, durant trois après-midi successifs, des tempêtes de feu et d’acier vont s’abattre sur la commune.

Mercredi 2 août 1944, une force de 94 Lancaster et 7 Mosquito est envoyée pour attaquer le dépôt de Trossy Saint-Maximin. Les «marqueurs» ont été décrits comme précis et on estime une bonne concentration du bombardement.

Jeudi 3 août 1944, à nouveau, 11 Mosquito et 372 Lancaster ont été envoyés sur Trossy Saint-Maximin. L’attaque a été menée en deux phases. Pour la première attaque, les avions  » marqueurs  » étaient à l’heure et la force principale pouvait suivre les consignes du « Master Bomber ». Cependant, les effets conjugués du bombardement intensif mené parmi les explosions de la Flak, ont généré de la fumée obscurcissant les «marqueurs» et combinés avec les nuages, ont affecté la précision des vagues de bombardements suivantes. Le résultat du raid a été estimé faible bien que de larges explosions ont été constatées par les équipages.

Vendredi 4 août 1944, le Bomber Command a une fois de plus déployé une autre force comprenant 5 Mosquito et 61 Lancaster, afin d’attaquer le dépôt de carburant de Trossy Saint-Maximin. Le raid est considéré comme assez bien réussi. Au débriefing, les équipages ont rapporté avoir observé un bombardement concentré et de larges explosions.

Durant les trois attaques, les appareils du Bomber Command ont largué 3059 tonnes de bombes sur la cible. Les dommages sur cette dernière ont été évalués ainsi :

« Suite aux deux premières attaques, un grand bâtiment rectangulaire a eu de sévères dégâts et on peut voir des affaissements dans la partie sud. Juste au nord et au sud des 4 trous cylindriques, il y a 16 trous dans le sol de la carrière. Un grand bâtiment dans cette zone a été touché plusieurs fois et les voies ferrées ont été coupées en beaucoup d’endroits. » 2

La commune de Saint-Maximin est sinistrée à 95%.

On peut ajouter deux raids de nuisance, menés par une paire de Mosquito, lors des nuits du 11 au 12 août et du 12 au 13 août 1944.

Lors des bombardements sur Trossy Saint-Maximin la Royal Air Force a enregistré des pertes. Cinq bombardiers quadrimoteurs Lancaster le 03 août et deux le 04 août 1944 ont été détruits. 38 membres d’équipages ont perdu la vie, 5 ont été faits prisonniers et 6 ont échappé à la captivité, aidé par des civils et la Résistance.

 

Date Type d’avion Serial number Squadron Objectif Tués Prisonniers Évadés
3 août 1944 Lancaster PA 162 61 Saint-Maximin 6 1
3 août 1944 Lancaster ME 839 166 Saint-Maximin 5 1 1
3 août 1944 Lancaster PB 125 460 Saint-Maximin 7
3 août 1944 Lancaster ME 568 619 Saint-Maximin 7
3 août 1944 Lancaster LM 163 625 Saint-Maximin 2 4
4 août 1944 Lancaster PA 983 635 Saint-Maximin 8
4 août 1944 Lancaster ND 811 635 Saint-Maximin 3 4

Lexique :

-CROSSBOW: (arbalète) Désignation codée des contres-mesures dirigées contre les armes secrètes Allemandes.

-Bomber Command: commandement de l’aviation de bombardement Britannique.

-Mosquito: bombardier bimoteur de la Royal Air Force.

-Lancaster: bombardier quadrimoteur de la Royal Air Force.

-Marqueur: fumigène de couleur rouge, jaune ou verte servant à indiquer une cible.

-Master Bomber: équipage hautement qualifié qui guide les vagues de bombardier vers la cible.

 

© Picardie 1939 -1945 /JPM /juillet 2017

  1. Public Record Office AIR 34 69
  2. Public Record Office AIR  34 27