Nous sommes actuellement le dim. août 18, 2019 5:53 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2 3 Suivant
Auteur Message
MessagePublié : dim. sept. 11, 2016 11:09 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonjour à tous,
David Rosenberg, au cours de sa communication, a tenu à démontrer la richesse de la sérié AJ 38 des Archives nationales. En effet, si la série W des Archives départementales de la Somme, longtemps inaccessible, a apporté aux chercheurs un éclairage nouveau sur ce sujet depuis une vingtaine d'années, elle n'en reste pas moins lacunaire sur beaucoup d'aspects.
La série AJ 38 des AN a jusqu'à maintenant été peu utilisée par les historiens. David Rosenberg en consultant plus avant ces archives montre le caractère froid et calculé de la mise en oeuvre des lois raciales dès 1940 et de leur exécution dans notre région. Dans cette série, des documents nombreux et variés ont permis d'affiner beaucoup plus précisément l'identité des juifs du département de la Somme (et donc de préciser plus nettement le nombres de persécutés) mais aussi de mettre en exergue tout le processus d'aryanisation des biens de ces mêmes personnes après leur internement puis leur déportation.
Un article plus complet sur ce sujet doit être publié dans le prochain bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie.

Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : dim. sept. 11, 2016 21:09 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3330
Merci Eric pour ce retour et nous attendons avec impatience cet article.

Au sujet du caractère froid et calculé de la mise en oeuvre des lois raciales, il n(y a pas que la somme qui en a fait les frais. Je crains que ce ne soit tout le pays en son entier. Denis Peschanski lors d'une des rencontres dans l'Oise avait lui aussi évoquer cela pour le département. Une vraie machine ...

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
MessagePublié : dim. mars 19, 2017 13:05 pm 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
ae80 a écrit :
Bonjour à tous,
David Rosenberg, au cours de sa communication,(...)
Un article plus complet sur ce sujet doit être publié dans le prochain bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie.
Cordialement
Eric Abadie

bonjour, l'article en question a-t-il été publié par la Société des Antiquaires ?
à l'avance, merci de votre réponse, martine v


Haut
   
MessagePublié : lun. mars 20, 2017 21:04 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonsoir à tous, bonsoir Martine,
Effectivement un article est paru dans le bulletin de la Société des Antiquaires de Picardie numéro 713-714*.
En fait, l'article ne reprend pas précisément la conférence de M. David Rosenberg même s'il en recoupe certains aspects.
L'intitulé : "L'ÉTOILE JAUNE DANS LA SOMME: MISE EN PLACE ET RÉSISTANCE" se penche sur l'instauration et la mise en oeuvre de cette mesure à la fin du printemps 1942.
Le 3 juin de cette même année, "le commissaire de police d'Amiens ouvrit un cahier spécial pour enregistrer la distribution" (1) des étoiles.
Trois étoiles sont ainsi attribuées à chaque personne frappée par cette mesure discriminatoire. Comble de la perfidie, en échange de celles-ci, "chacun était obligé de donner un +point de textile+ de son carnet de rationnement, comme s'il s'agissait d'une acquisition volontaire." (1)
Ce registre est conservé de nos jours non pas aux Archives départementales de la Somme mais dans la sous-série AJ 38 des Archives nationales à Pierrefitte.
Au total 49 personnes (plus deux enfants en pension dans des familles du département) seront concernées par cette mesure (1). Ce nombre est bien en deçà du premier recensement des "Israélites" de l'automne 1940 dans le département de la Somme qui était de 96 personnes. On peut supposer que la différence s'explique par une fuite vers le Sud des individus manquants. (1)
David L. Rosenberg constate en conclusion que le destin des porteurs de l'étoile jaune dans la Somme fut souvent tragique : "Rester dans la région au-delà (de) l'été 1942, c'était s'exposer à un péril croissant." (1)
"Le taux de mortalité pour les gens de cette liste est d'environ 60%, proportion très supérieure à celle des juifs de France en général dans la Shoah." (1)


* Nota : Une spécificité, toujours surprenante pour les personnes extérieures, la SAP fait paraître ses bulletins avec un décalage chronologique. Ainsi, le numéro paru au cours de l'été 2016 correspond paradoxalement au bulletin du 1er semestre 2015 - numéro 713-714.
(1) David L. Rosenberg


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : lun. mars 20, 2017 21:19 pm 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
un très grand merci !
une remarque : "Rester dans la région au-delà (de) l'été 1942, c'était s'exposer à un péril croissant."
à partir de novembre 42, il n'y eut plus de zone libre, le péril n'était pas différent alors, me semble-t-il.
cordialement, martine


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 9:47 am 
Hors-ligne

Inscription : sam. oct. 17, 2015 23:06 pm
Messages : 90
ae80 a écrit :
Bonsoir,
Dans l'édition du Courrier Picard datée du 5 janvier 1994 figurait un encadré intitulé "La mémoire en héritage"
Parmi les cinquante et un Juifs picards arrêtés le 4 janvier 1994 par les Allemands, plus de trente étaient des habitants de l'Oise. Parmi eux, un couple d'enseignants beauvaisiens sans histoire, Gaston et Marguerite Cahen
Après avoir été directeur-fondateur de l'Institut français de Sofia, Gaston Cahen avait été nommé professeur d'histoire à Beauvais. Un poste qu'il a occupé de 1926 à 1936 au Lycée Félix-Faure, mais, atteint de cécité, il avait pris une retraite anticipée. il habitait rue de Montcapron., pas très loin de l'établissement, avec son épouse, Marguerite Lazard, institutrice. Une maison qui a aujourd'hui disparu, car elle se trouvait à l'emplacement où a été réalisé le souterrain reliant le quartier Argentine au centre-ville. Une rue de Beauvais, la rue Gaston-et-Marguerite-Cahen, rappelle non loin de là, la mémoire de ces deux victimes de la déportation : le 4 janvier 1944, ils ont été arrêtés à leur domicile. Lui avait 67 ans, elle en avait 51. Internés à Drancy, ils ont été dirigés, par le convoi 66, vers le camp d'Auschwitz, pour y être gazés.
Leur fils, Pierre-Louis Cahen, qui était alors âgé de 23 ans, était entré dans la résistance, et avait
(été) pris dans le maquis de la région de Toulouse. Il n'a pas voulu laisser ce douloureux anniversaire, le cinquantième, sans rien faire. Il a fait publier dans le carnet du journal "Le Monde" daté du 4 janvier un avis rappelant qu'après la rafle dont ont été victimes ses parents "pour le seul fait d'être juifs", il "n'a pour héritage que sa seule mémoire.
Mémoirepourhéritage.jpg
Dans un ouvrage Françoise Rozensweig a écrit sur ce sujet : Les persécutions contre les juifs dans l'Oise 1940-1945, http://www.cndp.fr/crdp-amiens/cddpoise ... -1945.html
(Merci Frédéric pour cette précision)
Ce livre se penche plus sérieusement que je ne pourrais le faire sur ce problème. Je n'ai pas eu l'occasion de le consulter.

Cordialement
Éric Abadie




Bonjour, Excellent livre que celui de Mme Rosenzweig. J'essaie pour ma part de retracer l'itinéraire de deux Juives beauvaisiennes : Marthe Bloch et Marcelle Oulanowski, lesquelles sont citées par la dite auteure.
Bien cordialement.
Pascal Penhouët


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 11:07 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1919
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonjour

Françoise a eu quelques soucis ces derniers temps mais, si vous le désirez, je pourrais lui transmettre votre demande de renseignements lors de notre prochaine rencontre.

A+


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 11:22 am 
Hors-ligne

Inscription : sam. oct. 17, 2015 23:06 pm
Messages : 90
Bonjour Marc,

Merci pour votre proposition. Je suis allé au-delà de ce qui est spécifié dans l'ouvrage de Mme Rosenzweig. J'essaie surtout maintenant de retrouver la famille de Marthe B., ayant retrouvé celle de Marcelle O. Il m'est déjà arrivé de croiser Mme Rosenzweig, mais il est vrai que je ne la vois pas souvent... Toute aide est la bienvenue. Mon projet quant à ces deux Beauvaisiennes est d'exhumer leur souvenir, et pourquoi pas de transmettre à la presse leur parcours que j'ai en partie retracé.

Bien à vous.
Pascal PENHOUËT


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 11:30 am 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
Loustic a écrit :
Bonjour Marc,

Merci pour votre proposition. Je suis allé au-delà de ce qui est spécifié dans l'ouvrage de Mme Rosenzweig. J'essaie surtout maintenant de retrouver la famille de Marthe B., ayant retrouvé celle de Marcelle O. Il m'est déjà arrivé de croiser Mme Rosenzweig, mais il est vrai que je ne la vois pas souvent... Toute aide est la bienvenue. Mon projet quant à ces deux Beauvaisiennes est d'exhumer leur souvenir, et pourquoi pas de transmettre à la presse leur parcours que j'ai en partie retracé.
Bien à vous.
Pascal PENHOUËT

bonjour, est-ce que ceci correspond à la Marthe Bloch que vous cherchez ? : "Marthe Bloch nee Alphen was born in France to Clemence nee Gompel. She was married to Simon. Prior to WWII she lived in France. During the war she was in France. Marthe was murdered in the Shoah.
This information is based on a Page of Testimony (displayed here) submitted by her second cousin, Nadine Weill Simon"
(source : site de Yad vashem (http://yvng.yadvashem.org/index.html?la ... e&s_place=)
cordialement, martinev


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 11:43 am 
Hors-ligne

Inscription : sam. oct. 17, 2015 23:06 pm
Messages : 90
Mes recherches se sont concentrées sur Marcelle Oulanowski jusqu'à présent. Marthe Bloch, celle qui m'intéresse, était née le 24 mars 1892 à Paris et résidait à Saint-Just-des-Marais. Elles étaient amies. Je n'en sais pas plus sur Marthe quant à ses origines et sa famille, et si de la famille subsiste.
Merci à vous.

Bien cordialement.
Pascal PENHOUËT


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 19:06 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonjour à tous,

Loustic a écrit :
Excellent livre que celui de Mme Rosenzweig.
Pascal Penhouët

Effectivement Pascal, depuis mon message du 24 mai 2013, j'ai pu faire l'acquisition de son livre qui fait référence en Picardie. Espérons que David L. Rosenberg fasse de son côté une étude équivalente pour le département de la Somme.
Pour répondre à l'interrogation de Martine :
martinev a écrit :
une remarque : "Rester dans la région au-delà (de) l'été 1942, c'était s'exposer à un péril croissant."
à partir de novembre 42, il n'y eut plus de zone libre, le péril n'était pas différent alors, me semble-t-il.

Je pense que l'auteur, David R., voulait dire que pour ceux qui n'avaient pas fui entre l'automne 40 et l'été 42, le piège s'était refermé et qu'il était malheureusement impossible pour eux d'envisager la moindre échappatoire. On ne connaît pas précisément le destin des 47 personnes qui n'ont pas répondu au recensement de 1942. On peut supposer que certains ont été arrêtés ailleurs alors que d'autres ont réussi à se faire oublier dans un coin perdu de la Zone libre dans le sud de la France ou dans la partie du territoire administrée par les troupes italiennes après novembre 42, jugées moins antisémites que les Allemands. D'autres encore ont peut-être réussi à sortir de l'hexagone.
Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : mar. mars 21, 2017 19:29 pm 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
Pour les Juifs français, oui, relative sécurité en zone libre avant nov. 42. Mais pas pour les étrangers ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Rafle_du_26_ao%C3%BBt_1942 )


Haut
   
MessagePublié : jeu. mars 30, 2017 6:01 am 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
[quote="ae80"]Bonsoir,
Voici le destin tragique de la famille WAJNBERG arrêtée à Rosières-en-Santerre le 4 janvier 1944. Cependant, beaucoup de zones d'ombre restent à éclaircir dans la courte biographie des membres de cette famille.
Cordialement
Eric Abadie


à ce propos, article du Courrier Picard du 23 avril 2016 (http://www.courrier-picard.fr/region/ro ... 4b0n764940) - contact de Michel Roussel (qui a retrouvé des membres de cette famille en Israel) avec David Rosenberg - et, semble-t-il, refus du maire de donner le nom des Wajnberg à une rue.

cordialement, martine v


Haut
   
MessagePublié : ven. avr. 28, 2017 17:14 pm 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
une précision au sujet du Dr. Wajnberg (document trouvé sur gallica, extrait du Concours Médical), on trouve la même annonce, aussi sur gallica, dans le JO.
cordialement, martine


Pièces jointes :
WAJNB_crop_Concours_médical___journal_de_[...]_bpt6k97132917.jpeg
WAJNB_crop_Concours_médical___journal_de_[...]_bpt6k97132917.jpeg [ 33.84 Kio | Consulté 1977 fois ]
Haut
   
MessagePublié : mar. juil. 18, 2017 11:31 am 
Hors-ligne

Inscription : jeu. mars 16, 2017 20:57 pm
Messages : 50
bonjour,
en faisant d'autres recherches, j'ai trouvé ce texte à propos du jeune Georg(es) HIRSCH, qui était chez les Schulhof et a été raflé avec eux en janvier 44 :
http://www.amisdecazaux.fr/article-georg-hirsch-l-enfant-de-barrancoueu-102740780.html
Il y est également question de ses parents.
Cordialement, martine


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 37 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2 3 Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org