Nous sommes actuellement le mer. nov. 20, 2019 23:46 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 10 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : EXODE de mai 1940
MessagePublié : jeu. mai 06, 2010 20:50 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonsoir à tous,
Dans quelques jours, sera célébré l'anniversaire de la capitulation de l'Allemagne le 8 mai 1945. Le mois de mai donne lieu aussi, cette année, à la commémoration d'autres événements tragiques : le déclenchement de l'offensive allemande à l'ouest le 10 mai 1940 et de ses conséquences tant militaires que civiles.
L'exode va toucher toute la population de notre région dès la mi-mai 40.
Nous lançons donc un appel à témoignage si vous ou l'un de vos proches a vécu ces journées terribles "d'évacuation" en mai 1940, n'hésitez pas à nous contacter pour nous faire partager son ou votre expérience.
Merci d'avance

Bonne soirée
Eric


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : jeu. mai 13, 2010 21:19 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonsoir à tous,
lien vers le site consacré à :
"SOUVENIRS DE COMPIEGNE : 1940-1942 par Albert Guerineau" où sont narrées les journées de mai et juin 1940 à Compiègne avec les cortèges de réfugiés qui traversent la ville.
http://www.histoire-compiegne.com/iso_a ... ineau2.pdf

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mai 26, 2010 18:39 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonsoir,
un des articles du Courrier Picard du 19 mai 2010 dans ses pages centrales "Mai-Juin 1940 sous les bombes" sur Clermont : C'était un moment terrible
Image

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message : Exode vu par un Lupovicien
MessagePublié : sam. juin 05, 2010 20:43 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1415
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonsoir, afin d 'apporter ma pierre à l'édifice je joins un article réalisé pour la commune de St Leu D'esserent. Je remercie M. Claude LETELLIER . Amicalement jph
AVANT PROPOS
Entre le 10 mai et le 25 juin 1940, 47 jours se sont écoulés. Pour des millions de Français, ce fut l'exode. Ainsi, la quasi-totalité des 1600 habitants de St-Leu a dû quitter son foyer devant l'irrésistible avance des troupes Allemandes. Une première évacuation eut lieu le 21 mai à la suite de bombardements de la Luftwaffe. Une partie de la population revient au bout de 2 à 3 jours. Puis, le 9 juin, à nouveau c'est le grand départ vers le sud. Afin d'évoquer cet épisode, nous joignons une lettre écrite par M. Claude LETELLIER à son père, alors mobilisé. Claude, âgé de 11 ans en juin 1940, est le fils d'Elisabeth et Raymond LETELLIER, institutrice et directeur de l'école des garçons (ancienne Mairie). Ils se sont installés à St-Leu en 1935. A la suite du départ aux armées en septembre 1939 de Raymond LETELLIER, l'administration rappela de sa retraite, Mme Charlotte BACHIMONT (future résistante et maire de St-Leu), afin de le remplacer. La famille LETELLIER possédait une auto, une Traction légère 11 ch, Mme LETELLIER passa son permis de conduire durant la période que l'on appelle "la drôle de guerre". Le 21 mai 1940, première évacuation avec comme destination Lamotte Beuvron (Loir-et-Cher) chez un oncle puis au bout de quelques jours, retour à St-Leu. Le 9 juin, on repart. Après bien des péripéties, Elisabeth et son fils arrivent à Lamotte Beuvron. Ils y séjournèrent quelques jours au cours desquels Claude passa son certificat d'études primaires. Les Allemands se rapprochant toujours, les LETELLIER reprennent la route, cette fois accompagnés d'une tante et de sa cousine Jeanne. D'abord vers le Berry, puis comme destination finale le village de Montpeyroux (Puy de Dôme), berceau familial. Le 1ère classe Raymond LETELLIER fut démobilisé à Aurillac et fit le chemin de retour en famille. Ils passèrent la toute nouvelle ligne de démarcation. Arrivés à St-Leu, ils eurent la désagréable surprise de constater l'occupation de l'école des garçons ainsi que de leur logement par les soldats Allemands. Pendant 3 mois, ils habitèrent dans un petit appartement de l'école des filles (actuelle école Jules Ferry). Ils récupérèrent leur toit à la rentrée 1940, lorsque les Allemands s'installèrent pour 4 ans au château de la Guesdière.

Brouillon de la lettre
Image

Transcription, je n'ai ajouté que la ponctuation.

Mon petit papa

Je n'ai pas encore pris le temps de t'écrire pour t'annoncer ma réussite au certificat d'études primaires. Rien ne m'y encourage puisque les lettres ne partent pas. Je vais commencer par le commencement.
Samedi 8 juin : les boches avancent, les réfugiés défilent. Maman pense faire les paquets. Samedi dans la nuit les soldats, alerte. Vers 15 h, les canons résonnent, nous descendons à la cave, l'électricité est coupée, j'avais descendu un verre d'avion et des allumettes nous nous éclairons avec ça. A part le petit Favard qui pleure, tout le monde est calme. Madame Doublet arrive toute essoufflée devancée par son chien. Samedi dans la nuit, les soldats du train s'en vont et conseille à maman de préparer son auto, nous nous relevons et faisons nos paquets. Les draps, des mallettes, des sacs, le gros sac de la chambre indépendante sont embarqués. L'auto a son plein d'essence et le réservoir rempli d'eau. Nous voyons les projecteurs à la recherche d'un avion. Nous nous couchons mais la caravane de réfugiés empêche maman de dormir. Dimanche 9 juin : je prépare mes rails, mes aiguillages, et presque tout mon mécano et mon mécavion. Nous ne savons que faire, enfin nous nous décidons à aller voir l'inspecteur. Des barricades sont montées dans différents endroits de Saint-Leu. Un tank est posté sur le pont. L'inspecteur nous dit que nous devons rester jusqu'à l'ordre mais Madame Froment nous dit qu'il attend l'ordre de partir. Nous mettons une heure pour revenir à cause des convois militaires. Nous continuons nos paquets. Maman ne retrouve plus son grand sac noir où elle avait laissé son argent. Elle est folle de peur, enfin nous le retrouvons près de l'auto. Midi, ordre d'évacuation. Je mets à cuire 6 oeufs et Mathurin Michel vient nous aider à mettre le matelas sur l'auto. Une heure et demi nous partons dans la caravane encore de nombreux chariots sont arrêtés à Villers. Nous rencontrons des gens de Saint-Leu. Après un voyage trop long pour te le décrire nous arrivons à Rambouillet. Les routes sont barrées nous nous perdons dans des petits chemins et restons deux heures sans retrouver notre route. Nous pensions arriver à Lamotte le même jour. Nous nous arrêtons pour prendre de l'essence nous nous lavons les mains, nous repartons faisons douze kilomètres devons revenir qu'on ne nous a pas servis. Mais enfin nous arrivons à (illisible) on trouve à coucher dans la chambre d'un bon vieux. Lundi nous repartons et arrivons à Lamotte. Nous apprenons que le certificat est bientôt. Maman me conduit à l'école. Le mardi midi je doit subir l'épreuve. Le vendredi, l'institutrice et les camarades qui se composent surtout de réfugiés......
la fin de la lettre, écrite au crayon de papier, est effacée.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : sam. juin 05, 2010 21:51 pm 
Hors-ligne

Inscription : mer. juin 04, 2008 20:28 pm
Messages : 359
Localisation : Cires les Mello
Arf..♥


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. juin 06, 2010 11:06 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonjour à tous,
Un récit bien intéressant et toujours émouvant de ces journées où tout a basculé. Nous avons du mal à nous rendre compte aujourd'hui ce que put être le traumatisme de tout abandonner et parfois de tout perdre en partant à l'aventure sur les routes de France.
Merci de nous avoir fait partager ce témoignage.
Je profite de ce message pour insérer le lien que Jean nous avait indiqué sur l'exode de Louise N. à partir d'Aubervilliers le 11 juin 1940 :
http://cghfm.org/guerre/viewtopic.php?f=8&t=7

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. juin 06, 2010 11:43 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3370
Passionnant témoignage, dont je retrouve l'atmosphère dans le témignage d'un jeune godvicien (Gouvieux) à l'époque. Obligé de tout quitter pour les familles qui ont choisi de partir. On emmène ce qu'on peut suivant le moyen de locomotion.
Mais retour très rapide sur Gouvieux, puisque les allemands qui ont doublé l'avance des colonnes de population, font repartir les gens vers leur lieu d'habitation. Pour certains c'est la désolation de retrouver leur maison occupée par l'envahisseur, pour d'autres c'est la désolation de voir leur jardin pillé, leur linge de maison disparu ou autres objets, alors que parfois on avait confié la clef à un voisin qui ne "partait" pas. La presse de l'époque se fait l'écho de tous ses vols, ses disparitions de bicyclette, ...

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. août 29, 2010 18:15 pm 
Hors-ligne

Inscription : lun. août 23, 2010 11:48 am
Messages : 7
Localisation : CORMONTREUIL près REIMS 51
Bonjour à tous,
Je viens de retrouver récemment le journal qu'a tenu mon père au jour le jour, du 9/6 /40 jusqu'à la capitulation.
Je l'ai mis en ligne depuis peu sur mon site à la page http://francecrashes39-45.net/journal.php
J'y ai ajouté quelques photos de la batterie de DCA.
D'autre part, mon beau-père de 88 ans vient de me raconter "son" exode. Son récit n'est pas encore transcrit.
En gros, il à fait Reims-St-Florentin à pieds (175 km) avec sa famille, sous les mitraillages et bombardements, et le reste en train jusqu'à Moulins, puis le retour 1 mois 1/2 après à pieds (420 km).
Cordialement
Dan


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. août 29, 2010 20:18 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1415
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonsoir, beau récit :D , Merci votre père sur la photo du milieu en haut de la page est le 2ème à partir de la gauche? Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : dim. août 29, 2010 21:25 pm 
Hors-ligne

Inscription : lun. août 23, 2010 11:48 am
Messages : 7
Localisation : CORMONTREUIL près REIMS 51
Exact ! Dan


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 10 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org