Nous sommes actuellement le mar. déc. 01, 2020 2:34 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Les FTA dans l'OISE
MessagePublié : jeu. sept. 29, 2011 16:47 pm 
Hors-ligne

Inscription : mer. déc. 22, 2010 9:51 am
Messages : 67
Localisation : Chantilly 60
Contrairement au Bassin Creillois, ce n’est qu’en septembre 1939 que des dispositifs de DCA sont prévus dans le reste de l’Oise :

 Le 18 septembre, les batteries 10, 11 et 12 du Groupe IV / 405ème RA, équipées de canons de 75 mm Modèle 13/34, sont prévues autour de LONGUEIL Sainte MARIE.

 A partir du 1er novembre, les batteries suivantes équipées de canons de 75 sur plateformes 97-39 sont mises en place:
- En remplacement des précédentes, 3 batteries du Groupe III / 312ème RA secteur nord-ouest de LONGUEIL (approximativement CANLY, SACY Le PETIT et MOYVILLERS)
- Les batteries 1, 2 et 3 du Groupe I / 317ème RA autour de CREPY En VALOIS (approximativement BEMONT, SERY et ORMOY Le DAVIEN)
- Les batteries 7, 8 et 9 du Groupe III / 317ème RA du nord-ouest au nord-est de COMPIEGNE (approximativement REMY, MONCHY-HUMIERES et SUZOY)

 Deux batteries de 105 mm, les 175 et 176 du 402ème RA, sont également en renfort secteur COMPIEGNE (positions inconnues) le 10 novembre ;
Calque du 25 novembre (batteries de 105 non mentionnées) :
Image

Uploaded with ImageShack.us
Légende du calque :
Image

Uploaded with ImageShack.us

 Le calque ci-dessous date du 10 mars 40, les unités ont été standardisées sur canons de 105mm et la situation reste identique jusqu’au 1er juin :
- Groupe 57 / 402ème RA avec la batterie 168 (3 km sud-est VARESNES), la 169 (1 km nord-ouest LONGUEIL –ANNEL) et la 170 (1 km nord ARMANCOURT)
- Groupe 58 / id avec la batterie 171 (1 km sud VERBERIE), la 172 (1,7 km sud-est TRUMILLY), la 173 (500 m sud Le FAYEL) et la 174 (200 m nord FEIGNEUX)

Image

Uploaded with ImageShack.us
Légende du calque:
Image

Uploaded with ImageShack.us

 A partir du 10 mai, et jusqu’à la situation au 1er juin illustrée par le calque ci-dessous, tous les secteurs de l’Oise vont se trouver renforcés par l’arrivée massive des unités repliées, surtout de la VIIème Armée :

- Secteur de COMPIEGNE :
< Sections 1016 / 403 et 1006 / 404 (canons 25) à MARGNY
< Section 1004 / 404 ( « ) à ROYALLIEU

- Vallée de l’Oise :
< Section 1043 / 404 ( « ) à VERBERIE
< Sections 4, 5, 6 / 2ème Cie de mitrailleuses (8 mm) autour de LONGUEIL Ste MARIE
< Section 7 à PONT Ste MAXENCE

- Secteur de CREPY :
< Section 1201 / 402 (25 mm) à ROUVILLE

- Secteur d’ESTREES St DENIS :
< Groupe 80 / 406 (canons 75 Mle 1930) avec la batterie 298 à FRANCIERE, la 299 à GRANDFRENOY et la 300 à BAILLEUL le SOC ;
< Section 2 / 3ème Cie (13,2 mm) au terrain d’ESTREES

- Secteur de CLERMONT :
< Groupe 68 / 406 (75 Mle 32) avec la batterie 218 à AGNETZ, la 220 à ERQUERY et la 226 à GIENCOURT
< Section 3 / 3ème Cie (13,2 mm) à CLERMONT

- Secteur BEAUVAIS :
< Groupe 77 / 406 (75 Mle 32) avec la batterie 251 à MONT St ADRIEN, la 280 à THERDONNE et la 281 à PLOUY St LUCIEN
< Batterie 303 du Groupe 71 / 406 (id) à St MARTIN le NŒUD
< Section 4 / 3ème Cie (13,2 mm) à MARISSEL)

- Plateau Picard :
< Batterie 8 du Groupe 3 / 405 (75 Mle 13/34) à St JUST / VALESCOURT
< Section 1009 / 404 (25 mm) à BRETEUIL
< Section 1019 / 404 (id) à MONTDIDIER (80)
< Section 1044 / « (id) à MOREUIL (80)
< Section 1045 / « (id) à CHAULNES (80)
Image

Uploaded with ImageShack.us

A partir de cette date, le repli étant général, il est impossible d’avoir une situation valable (par exemple, on retrouve les 4 batteries de BEAUVAIS entre GRANDVILLERS et FORGES les EAUX du 4 au 6 juin), quant au bilan il est pratiquement nul : en effet, on ne trouve, tout au moins s’étant écrasés dans l’OISE (source MAVRE), qu’un JU 88 endommagé à REMY et achevé par la Chasse, et peut être (raisons inconnues) un He 111 près de NOAILLES.


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : jeu. sept. 29, 2011 19:22 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonsoir, une page méconnue, merci pour cet éclairage. Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : jeu. sept. 29, 2011 19:32 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1964
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Ces informations sont en effet précieuses. je serais curieux de comparer ce dispositif avec celui de la 1ère GM dans la région de Compiègne mais je ne retrouve plus le texte sur internet. Ce qui semble consternant c'est l'efficacité voisine de zéro de notre DCA qui ne devait cependant pas manquer d'hommes prêts à combattre.
C'est parfois assez déprimant de travailler sur les forces françaises de 1940. Y avait-il également un service de guet et, le cas échéant, comment était-il organisé ?

Cordialement


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : jeu. sept. 29, 2011 22:21 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3438
Marc Pilot a écrit :
Bonsoir
... Ce qui semble consternant c'est l'efficacité voisine de zéro de notre DCA qui ne devait cependant pas manquer d'hommes prêts à combattre.
C'est parfois assez déprimant de travailler sur les forces françaises de ...


Quand on voit aussi comment était défendu nos terrains d'aviations. J'ai le souvenir sur les Aigles, d'un minimum de défense.

Mitrailleuses mises en service sur les tours réservoirs d'eau du terrain ou autour du terrain. J'avais publié le plan de feux du terrain. De mémoire, une trentaine de mitrailleuses plus ou moins lourdes (Hotchkiss, des F.M, des Lewis en jumelage, ...) Tout ça était censé défendre le terrain. Et encore une note de service du 29 septembre 39 fait état du manque de personnel formé à l'utilisation de telles armes !

Bon vous me direz tout ça ce n'est pas de la DCA, c'est de la défense de terrain, mais si j'en parle c'est aussi parce que dans mon livre je parle de la relation Terrain et DCA. Un vrai chemin de croix pour qu'il y ait une liaison radio entre le PC des Aigles et les unités de DCA et autres postes de guet. (Voir différents rapport notamment au mois de mai quand tout s'accélère.)

--------------------------------------------------------------------------

INSTRUCTION POUR LA DEFENSE DU TERRAIN DE CHANTILLY-LES-AIGLES CONTRE LES ATTAQUES AERIENNES DE L’ENNEMI.

....

II.- CONSIGNES RELATIVES A LA SURVEILLANCE DU CIEL :

a.- Un poste de guet est placé sur le Château d’eau situé au sud du terrain.
Il est composé de deux spécialistes :
- Caporal-chef VRARD et
- Soldat DUBOIS

Ce personnel possède une paire de jumelles; tous les carnets de silhouettes et fiches d’avions lui sont communiqués dès leur parution.- Le poste est armé d’un F.M. et il relié par téléphone au P.C. du groupe I/1.-

b.- Normalement, le P.C. du groupe I/1 sera avisé des incursions ennemies par le C.R. de Paris (2). Il sera en mesure de déterminer le moment à partir duquel tous les moyens de défense seront mis en action.-

Par mauvais temps et plafond bas le terrain peut être attaqué par des formations ennemies non signalées par les lignes de guet .-
Pour parer dans la mesure du possible à cette surprise, il a été entendu avec le Commandant du 77ème groupe du 406ème Régiment de D.C.A. (télé-phone CREIL 247) qu’un coup de canon éclaterait au-dessus du terrain dès l’identification de l’ennemi par les batteries situées au N W et N E de SENLIS.-
Ce secteur sera particulièrement surveillé en tout temps par le poste de guet.-

....
------------------------------------------------------------------------

Ce passage ne parle pas à proprement parlé de l'utilisation de la DCA, mais des moyens mis en place pour l'alerte en vue de la défense d'un terrain censé entre autre défendre la Capitale.

Marc parle de l'efficacité proche de zéro de la DCA française, mais ce petit rappel montre aussi la désuétude de notre système de défense.
On croit rêver. C'est un coup de canon au dessus du terrain qui donnera l'alerte dès l'identification de l'ennemi. Pas certain non plus que les appelés soit tous capables d'identifier un avion ennemi, même s'ils disposaient de manuel avec des silhouettes ...

Je ne parle pas non plus de certaines fois où nos avions se sont faits tirer par notre propre DCA.

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : ven. sept. 30, 2011 10:05 am 
Hors-ligne

Inscription : mer. déc. 22, 2010 9:51 am
Messages : 67
Localisation : Chantilly 60
Bonjour,

Pour la DCA sur le terrain, j'avais noté a priori (voir le post sur les compagnies de l'Air) 20 Lewis en 5 montages quadruples, 5 MAC, renforcées ensuite par 5 canons de 25.
Une petite rectification: il y avait, dans ces 20 Lewis, qqs montages sextuples.

Question efficacité, pour un usage simple contre des avions attaquant à très basse altitude, c'était effectivement un peu léger mais çà envoyait tout de même un bon volume de mitraille en l'air pourvu que ce soit bien utilisé dans le volume de tir de la pièce.
Je pense en effet qu'il importe peu que le personnel soit bien formé, il faut simplement une logique et une discipline de tir aux ordres des chefs de pièces. On l'a vu au Nord-Vietnam où à très basse altitude, c'étaient de simple bodoïs qui tiraient en l'air avec du petit calibre, mais ensemble, au bon endroit, à la bonne portée et au bon moment: de ce fait, les chasseurs devaient monter et là, ils avaient affaire à des spécialistes sur du calibre plus gros, mais çà c'est une autre affaire.
On l'a vu également tout au long de la guerre avec l'utilisation omniprésente du 20mm par la Flak.

Donc d'une part, et pour celà je me réfère au raid du 19 mai 40 sur le Terrain des Aigles effectué en TBA par une trentaine de He111, et où il n'y a eu absolument aucun avion vu s'éloignant ne serait ce qu'en fumant, je pense qu'ils ont tiré n'importe quand, n'importe où et n'importe comment: et ce n'étaient pas les cibles qui devaient manquer, comme autant de vaches dans un couloir !

D'autre part, j'ai un doute sur la présence REELLE (et non sur le papier)des canons de 25 mm ce jour là, car eux seuls auraient pu, s'ils étaient correctement déployés, faire des dégats, c'était leur domaine...

Enfin, pour en revenir au guet à vue, certes il était bien déployé mais n'oublions pas que les informations circulaient au niveau terrain par du réseau filaire de campagne, et au niveau centralisation / commandement / diffusion des ordres, par le RESEAU CIVIL PTT:
>> Donc dans le premier cas, je vous réfère aux excellentes réparties entre autres de Robert Lamoureux au tout début du film "Où est donc passé la 7ème compagnie?", où est bien dépeinte la situation des Transmissions !
>> Dans le 2ème cas, le réseau tph civil, je vous réfère au sketch de Fernand Raynaud "le 22 à Asnières", on ne devait pas en être très loin ...
>> N'oublions pas non plus qu'une des missions des Stukas (j'ai lu çà sur la Campagne de Pologne) était de frapper les bords des routes et des carrefours importants: bien sûr, et c'est ce que tout le monde croit, c'étaient les réfugiés qui trinquaient, mais c'est justement là où se trouvent les lignes téléphoniques ! une bombe bien placée sur le noeud téléphonique d'un carrefour, et c'est un réseau entier de commandement qui ne peut plus appeler le 22 à Asnières!

Il y aurait effectivement de quoi dire ...
C'étaient les états d'âme du vendredi matin.
A+


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : ven. sept. 30, 2011 10:22 am 
Hors-ligne

Inscription : mer. déc. 22, 2010 9:51 am
Messages : 67
Localisation : Chantilly 60
Ah oui, j'oubliais !

Au sujet de l'identification, je ne sais pas si les servants de DCA avaient une instruction suffisante en la matière, mais pour les pilotes, ce n'était pas le cas: je connaissais un pilote de MS406 (puis D520) du 3/III, un copain à LeNigen, fana d'Aviation avant-guerre, qui était frustré de n'avoir aucun cours d'identification: c'était lui même qui découpait ses propres magazines d'Aviation pour confectionner ses carnets de silhouettes.

Là aussi, aux résultats, il ne faut pas chercher bien loin avec le nombre de Potez 63 et de Bloch 152 qui ont senti passer "le souffle chaud du boulet" !

Et pour terminer (mais çà perdure toujours), l'entrainement au tir (sol-air comme air-air d'ailleurs) se faisait avec des Potez 25 remorquant paisiblement une biroute, donc question réalisme, on en est loin: c'est peut être économique, mais lorsqu'un chasseur ou un bombardier t'arrive droit dessus en lachant ses pélots, il faut les avoir bien accrochées pour se concentrer sur son tir et non le réflexe naturel de se jeter à terre !!

That's all folks


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org