Nous sommes actuellement le mar. déc. 01, 2020 3:43 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié : ven. févr. 18, 2011 8:53 am 
Hors-ligne

Inscription : mer. déc. 22, 2010 9:51 am
Messages : 67
Localisation : Chantilly 60
Je commence par ce secteur, j'avais préparé ce topo il y a des lustres pour la salle de Traditions de la Base avec tous les documents disponibles . Il y a peut être des erreurs et omissions, vu les trous dans l'Emmenthal (le nb de documents disparus) !


 Le Plan Directeur DAT de 1931 élaboré par l’Etat Major de la 2ème Région Militaire, qui couvre la Picardie, prévoit comme moyens de défense:
• Au site de CREIL, deux sections de 8 ballons de protection chacune à VILLERS St PAUL et THIVERNY, et un de mitrailleuses bitubes de 13.2 mm à NOGENT Sur OISE;
• A CHANTILLY, une section de ballons et une de mitrailleuses pour protéger le viaduc.

 Le Plan DAT 1935 prévoit la suppression de la section de ballons de CHANTILLY et le remplacement de celles de CREIL par deux batteries de canons de 75 mm, et dès Mars 1936, le 77ème Groupe du 406ème Régiment d’Artillerie est déclaré mobilisable dans les 36 heures à ANGICOURT (Etat Major), le matériel de soutien étant pré positionné à la caserne du 4ème Regt de Spahis à SENLIS. Il comprend deux batteries, la 280ème et la 281ème, prévues mises en place sur les hauteurs d’ANGICOURT et de THIVERNY respectivement.

 L’année 1938 voit d’une part, la désignation de la 2ème compagnie de mitrailleuses :
• La 1ère section, comprenant 2 pièces bitubes de 13.2 mm est prévue à NOGENT ;
• Les 2ème et 3ème sections sont chacune équipées de 4 mitrailleuses LEWIS et prévues d’être déployées autour du viaduc de CHANTILLY ;

D’autre part et surtout, le dispositif de CHANTILLY est désormais rattaché à celui de CREIL, qui devient le « point sensible de CREIL – CHANTILLY ».

 Au début du mois de Septembre 1939, le dispositif est inchangé : Les unités prévues d’être mobilisées et déployées sont les mêmes, et la défense antiaérienne dans son ensemble est prise en compte par les Forces Terrestres Antiaériennes (FTA).

 Le 25 novembre, les unités suivantes sont opérationnelles:
• C’est le 82ème Groupe du 406ème RA, et non plus le 77ème, qui déploie, dès le 9, ses deux batteries (même matériel) n° 301 / 406 sur les hauteurs de CINQUEUX et n° 302 / 406 au dessus de St LEU d’ESSERENT.
• La 1ère section de mitrailleuses (13.2 mm) est sur les hauteurs de VAUX (extrémité Nord-ouest de l’ancienne piste allemande, au delà de la Gendarmerie),
• La 2ème section (8 mm) est au viaduc de CHANTILLY,
• La 3ème section (8 mm) est à VILLERS St PAUL (Et non plus au viaduc avec la 2ème).

Rappelons que le terrain des AIGLES est défendu par une batterie de cinq canons de 25 mm et par les moyens propres de la Compagnie de l’Air 41 / 104, cinq jumelages de 4 ou 6 LEWIS de 8 mm et 6 mitrailleuses HOTCHKISS de 7.5 mm. Celui de CREIL est défendu par 20 mitrailleuses antiaériennes MAC de 7.5 mm mis en œuvre par la CA 144 / 104 mise en place en février.


 Dès le 10 Mai à l’aube, avec les raids massifs menés simultanément sur les principaux terrains français par la LUFTWAFFE, le ciel de ce secteur de l’OISE ne désemplira pas de formations allemandes, le site de CREIL subissant 16 bombardements pendant la Campagne de France. Malheureusement, les compte rendus de situation et d’activité relatifs aux unités sur le Site sont incomplets, nombreux ayant disparu, notamment pour les batteries de 75 ou seuls les avions revendiqués apparaissent dans des compte rendus récapitulatifs ; on peut quand même citer les évènements marquants:

- Le 14 Mai à 8 h 32 :

Un bombardier, volant au dessus des nuages, est repéré et revendiqué comme abattu au son au dessus des nuages (par les postes d’écoute) dans le secteur de CREIL par la batterie 302 / 406 de St LEU.
Cependant, aucune documentation ne permet de recouper l’information et confirmer cette victoire, aucun lieu de chute éventuel n’étant connu à cette date tout au moins dans l’Oise.

- Le 18 Mai : Arrivée et mise en place de renforts dans la matinée:

> Une batterie de canons de 40 mm BOFORS, la 183 / 407, arrivée de PARIS dans la nuit, est en place sur les hauteurs de VAUX, à proximité des mitrailleuses de 13.2 mm,

> Une section de canons de 25 mm, la 713 / 409 provenant de MEAUX, se met en place à VILLERS St PAUL pour défendre le pont voie ferrée sur la BRECHE (Une pièce à 1 km au Sud-ouest du pont, une à 200 m au Nord-est), et la gare de triage (une pièce sur ce site).

> Le PC du Groupement n°1, chargé de la défense antiaérienne du Bassin, s’installe à AUMONT, et celui du 82ème groupe au PLESSIS-POMMERAIE, aux abords du Terrain de CREIL

> Ayant pour mission la défense des ponts sur l’OISE, le 78ème Groupe, également du 406ème RA, s’est replié de LAON sur CREIL pendant la nuit avec ses trois batteries de 75 Mle 30 : Son PC rejoint celui du 82 / 406, avec la batterie n° 292 / 406 au milieu du Terrain ; La batterie 291 / 406 est à BARRISSEUSE, sur les hauteurs de St WAAST les MELLO, et la 290 / 406 à « la Montagne de RANTIGNY ».

> A 15 h : Trois avions bombardent CREIL et VILLERS St PAUL : la batterie 302 / 406 revendique l’un des bombardiers. Il se pourrait qu’il s’agisse en fait d’un Heinkel 111 de l‘escadrille 3F121 ayant été simplement touché mais achevé par le GC III / 1.

- Le 19 Mai : Bombardements du secteur de CHANTILLY,

Au cours de cette journée, deux bombardiers sont revendiqués par les pièces de 75 mm, un par une batterie de chacun des groupes 78 / 406 et 82 / 406 (Les lieux, horaires et numéros de batteries ne sont pas mentionnés dans les compte rendus) : il s’agirait également d’un JU 88A et d’un He 111 endommagés par la DCA, achevés par des Potez 63 et tombés respectivement à NAMPCEL et au Sud-est de St JUST En CHAUSSEE.

La dernière situation connue sur CREIL est celle du 1er juin (recopie de calque) :
Image

Uploaded with ImageShack.us

Et extrait Google correspondant:
Image

Uploaded with ImageShack.us

-Le 10 Juin :
Evacuation du site par toutes les unités.

 Le bilan n’est donc que de 4 bombardiers revendiqués, en fait au maximum 3 endommagés puis achevés par la Chasse.
N’est pas notée l’activité des sections de petit et moyen calibre, pourtant intense et quotidienne, mais dont leur bilan a été NUL : en effet, vouloir défendre de tels objectifs avec notamment quelques armes éparses de 8mm contre des formations de bombardiers volant essentiellement à moyenne ou haute altitude tenait de l’utopie !

 On remarquera que l’activité opérationnelle sur le Terrain de CREIL a été exclusivement antiaérienne, celui des AIGLES ayant pris en charge toute l’activité aérienne. Le Commandement a certainement voulu séparer géographiquement les deux activités pour ne pas faire interférer deux volumes aux utilisations totalement incompatibles, à savoir :
• Un volume d’aérodrome (celui de CHANTILLY) avec ses règles de circulation aérienne et de trafic, même en temps de guerre,
• Un volume d’artillerie antiaérienne (celui de CREIL) avec là aussi ses règles d’identification ami/ennemi et ses consignes d’ouverture de feu !
Cette précaution, vu les moyens de transmissions particulièrement défectueux qui caractériseront hélas nos armées en cette période, s’avèrera en effet très utile mais elle n’empêchera pas cependant de nombreux tirs fratricides, heureusement sans perte ; par contre, à plusieurs occasions, ce sont les tirs de la DCA qui alerteront les chasseurs et les guideront ainsi vers les appareils ennemis !

NB: Vu la longeur du texte, d'autres plans seront mis avec les chapitres Oise et Somme


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : ven. févr. 18, 2011 11:43 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonjour, merci pour ces eclaircissements sur un sujet méconnu, amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : ven. févr. 18, 2011 12:27 pm 
Hors-ligne

Inscription : mer. déc. 22, 2010 9:51 am
Messages : 67
Localisation : Chantilly 60
J'ai mis l'extrait Google pour montrer que comme à Rome, il n'y a peut être pas 7 collines (j'ai pas compté), mais de magnifiques points hauts pour y installer ne serait ce que de la DCA, et comme on disait les Allemands ont dû réoccuper les mêmes sites.

Pour l'exposé, il dormait depuis 10 ans dans mes archives, donc autant que çà serve....
Bonnes vacances aux Picards!


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org