Nous sommes actuellement le mar. oct. 15, 2019 0:01 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 88 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant
Auteur Message
MessagePublié : dim. oct. 28, 2012 22:02 pm 
Hors-ligne

Inscription : dim. sept. 16, 2012 10:06 am
Messages : 164
Ca bouge sur Pic39-45 ! :D
Bon plusieurs réflexions à propos des photos.
1 si je comprend bien le char devant le bar est pris en photo successivement de devant de derrière de côté. ok
Dans ce film évoqué précédemment, l'homme blessé qui gît devant le char, vit ces derniers instants dans ce monde. On pense naïvement que la conclusion sera heureuse et que l'homme finira dans un hôpital. Les clichés qui suivent nous renvoient à une triste et terrible réalité.
Maintenant, je ne m'explique pas comment la porte cochère a pu être défoncé de la sorte après les faits ? Résistance derrière ?
Qui a fimé cette scène macabre ? Fr ou All ? (Il me semble FR, non ?)

2, Si je comprends bien devant ces chars en direction de la prison (dir Albert/Rivery) se dressait une barricade des deux côtés faite de charettes ou bien est-ce du matériel allemand ?

3 Devant la prison, je métonne de la bêtise du positionnement du poste de combat avec cette mitrailleuse hotchkiss :roll: , m'avait l'air bien imprudent sans protection celui qui a été mortellement blessé devant ce char...

Merci encore pour vos recherches ! :wink:


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 14:27 pm 
Hors-ligne

Inscription : ven. sept. 28, 2007 8:46 am
Messages : 1036
Bonjour

Je ne vais rien apporter à ce sujet, mais j'interviens simplement pour vous dire qu'il est passionnant et très intéressant. Félicitations à vous :wink:

Cordialement. Eric


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 17:00 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1924
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonjour

Concernant le char rue Jules Barni, Eric a mis le lien SGA concernant Bleuzet. Son camarade Steimetz n' a pas eu plus de chance car il est décédé le lendemain :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... s=&lang=fr

Je reviens des Archives départementales où je n'ai pas trouvé d'éléments très nouveau dans le fonds Vasselle. Selon au moins deux témoignages les équipages auraient été constitués de gardes mobiles.

A+


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 17:17 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonsoir Marc,
Décevant ! J'attendais beaucoup de ta visite aux Arch. départ. de la Somme pour consulter ce fonds Vasselle.
En tout cas merci beaucoup pour ta démarche.
J'ai complété en page 1 de ce sujet la fiche du soldat Steimetz.
D'autres soldats du 28e RGR ont été tués à Amiens ce 20 mai 1940, mais sont-ils pour autant tankistes ?
Raoul Alphonse BILHAUT
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... s=&lang=fr
Charles Joseph Théophile CREPIN
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 10&lang=fr
Julien Laurent RIVOAL
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... 20&lang=fr
A+


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 17:35 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1924
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonjour

J'ai consulté 3 dossiers qui pouvaient contenir des informations concernant notre propos. On y trouve des pages en 3, 4, 5 exemplaires, ce qui donne une impression de volume mais se révèle en fait beaucoup plus maigre.

J'ai relevé cette citation du Lt Blanger du 28e RRG : "Nous avions bien deux sections de chars d'assaut d'une certaine allure, hélas au moindre essai on s'aperçut vite qu'ils étaient vieux, lents, insuffisamment armés d'une mitrailleuse". Voilà qui pourra servir d'introduction à notre article ...

Un point à noter dans le récit qui suit le repli des derniers servants du 75 Bd de Beauvillé : "En arrivant sur la place de la gare, il y eut un instant de panique provoqué par quelques rafales de mitrailleuses tirées par un petit FT, bientôt atteint d'ailleurs par la riposte d'un canon antichar. Les hommes du char, Steimetz et Bleuzé, payèrent de leur vie ce geste audacieux".

Le pb c'est que d'après photo ce char n'était pas tout près de la gare ...

Relevé également concernant le char de la Chaussée jules Ferry : "... nous trouvons à un carrefour de la route de Longueau un petit tank renault FT placé derrière une barricade et pourvu d'un équipage de gardes mobiles". (Lettre de O. Treboulet, 1949).

Vasselle ne semble pas avoir disposé de témoignage des personnels qui ont tenu les 8 barricades et qui ont réellement combattus.

A+


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 18:14 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3362
Dans le dernier numéro de 39/45 Magazine Hors Série Historica n°72 (octobre / novembre / décembre 2012), les chars français au combat (1ère partie),

Image

l'auteur Jean-Yves Mary évoque les unités de char disponibles et engagées à cette période. La Picardie y occupe une grande place.
Par contre, la section des chars des bataillons régionaux n'occupe que quelques lignes. A moins que l'auteur de cet article n'y consacre plus de place dans le numéro 2 ?

Voici les quelques éléments :

Pour mémoire : 48 sections de chars FT affectées aux R.R. Seule la 22e section affectée au 28e R.R. est considérée comme unité combattante du 15 au 10 juin 1940. Elle participe notamment à la défense d'Amiens le 20 mai contre les avant-gardes de la 1. Pz.-Div. , les petits chars FT se faisant démolir en blockhaus dans les barricades érigées aux entrées de la ville.

Je contacte l'auteur pour savoir s'il a d'autres informations.

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 18:31 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3362
A la lecture de ce magazine, il y a quand même quelque chose d'effarant, ce sont les caractéristiques et les données techniques. Je vous en livre quelques unes :

- vitesse sur route : 7,5 km/h
- autonomie : 35 km
- armement : canon de 37mm SA 18 ou une mitrailleuse de 7,5 mm MAC 31 (ce qui semblait être l'équipement de char FT à Amiens
- blindage : 22 mm

:shock:

Autant vous dire que face au char allemand, les chars FT n'ont pas pesé lourd et que les tankistes français étaient voués à un échec certain (pour ne pas dire une mort certaine!).

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 21:11 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : mar. août 28, 2012 19:38 pm
Messages : 142
bonsoir à tous

il y a quelques temps, j'ai decouvert cette photo dans le "Historica n°71 " page 103

Image

je suis resté dubitatif quand à la présence de 2 chars au même endroit
mais aujourd'hui , avec la recherche effectuée , elle prend tout son sens
au fond , on aperçoit le clocher de l'Église St pierre

@+ db


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 21:39 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : mar. août 28, 2012 19:38 pm
Messages : 142
re-bonsoir

en ce qui concerne le FT 17 , c'est un char qui date de la premiere guerre mondiale
il sera utilisé jusqu'en 1944 par les Allemands .

@+


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 29, 2012 21:58 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1924
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Dans le fonds Vasselle, témoignage de M. Quentin du 28e Régional : traverse St Leu pour aller vers St Pierre. A St Pierre un poste du 28e, dès 8H30 le 20 mai échange des coups de feu avec des Allemands. Un petit tank Renault se trouve là et sera mis hors de combat un peu plus tard.

Il ne parle pas d'un second char, les chars ont certainement été bougés car sur la photo ils sont perpendiculaires à la chaussée offrant ainsi une cible plus grande.

A+


Haut
   
MessagePublié : mar. oct. 30, 2012 0:05 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3362
Dans son article du HS, J6Y Mary dit que les chars servaient de "barricades" :

"les petits chars FT se faisant démolir en blockhaus dans les barricades érigées aux entrées de la ville"

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
MessagePublié : mar. oct. 30, 2012 9:44 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1225
Localisation : Somme
Bonjour,
Ces barrages de chariots dérisoires que les régionaux ont placé (peut-être en quinconce de chaque côté de cette large avenue de la Défense-Passive) feraient sourire s'il n'y avait pas des hommes derrière, sacrifiés en vain.
Pièce jointe :
AmiensbarricadeAvenueDéfensePassive.jpg
AmiensbarricadeAvenueDéfensePassive.jpg [ 21.14 Kio | Consulté 2182 fois ]

L'attaque des barrages le 20 mai 1940 d'après un extrait du livre de Pierre Vasselle, "La tragédie d'Amiens" (pages 132 et 133)
"A huit heures du matin des détachements d'avant-garde ennemie se sont présentés devant le barrage de la route d'Albert. Il y a eu échange de quelques coups de feu et aussitôt beaucoup de prudence de la part des Allemands.
Vers la même heure, le lieutenant Crépin qui avait le commandement des postes du secteur nord-ouest, rendait compte au commandant Thuillier que huit chars étaient aperçus au nord d'Amiens, à peu de distance, et c'est à ce moment aussi qu'un agent de liaison motocycliste du 28e régional apporta au commandant De Caudaveine un pli du capitaine Cousin, faisant connaître que les blindés allemands étaient à Corbie. Ce renseignement fut transmis au général Gondy à la citadelle.
Cependant, dans le secteur nord-est, l'attaque ne se précisait qu'au barrage de la route d'Albert. Les hommes du poste de la route de Corbie étaient seulement alertés par les coups de feu qu'ils entendaient. Au poste de Rivery on ne se doutait de rien.
Quant au lieutenant Gricourt, commandant de ce secteur, il était parti à Camon au petit jour, pour prendre contact avec le lieutenant Triboulet du 6e Génie qui s'apprêtait à faire sauter le pont sur la Somme entre Camon et Amiens. Il fallait déplacer le détachement du lieutenant Baucher qui jusque là avait assuré la garde du pont. On lui trouva un nouvel emplacement sur la rive sud de la Somme. Ceci fait, le lieutenant Gricourt allait regagner son P.C. près de la route de Corbie, lorsque deux jeunes gens qui suivaient le chemin du halage, lui déclarèrent avoir vu des chars allemands à Bray-sur-Somme. D'après les précisions qu'ils donnaient, il pensa que leur récit devait être véridique, et commença à comprendre que les Allemands n'étaient pas aussi loin qu'il le supposait.. Hâtant le pas avec le caporal qui l'accompagnait, il eut vite fait de parcourir les deux kilomètres qui séparent Camon de Rivery. Parvenu à proximité de ce village situé, comme Camon, au bord des marais, il fut rejoint par un soldat d'infanterie, descendant du Nord, qui dévalait à travers champs et l'aborda en criant : "Les Allemands sont là". Et il assurait avoir tiré sur eux. Toujours sceptique, le lieutenant prit le fusil de l'homme et constata que le canon était chaud... au même moment, on entendit des coups de feu. Il était environ 8 heures 30. On ne pouvait plus avoir de doute, l'ennemi était à proximité d'Amiens.
Au poste de Rivery, placé sous les ordres du lieutenant Dailly, les dispositions de combat étaient prises et quelques instants plus tard, le lieutenant Gricourt remontant vers le poste de la route de Corbie, fut croisé par le lieutenant Maurin, commandant de la batterie antichars qui passait en side-car, revolver au poing et lui cria :
"le poste de la route d'Albert est tombé, je sauve le matériel".
Il s'était produit route d'Albert ce que l'on pouvait prévoir. Après une prise de contact prudente qui avait permis aux Allemands d'être renseignés sur notre dispositif, un gros char s'était avancé et avit foncé sur la barricade en canonnant et mitraillant au maximum de ses possibilités. Aussitôt nos armes automatiques étaient entrées en pleine action, mais ce combat violent avait été de courte durée. Rapidement nos petits chars avaient été transpercés par des obus et réduits au silence. Au carrefour de la rue Beaudrez où se trouvait le point d'appui principal de notre défense, une maison était en flammes : les Allemands descendus des side-cars et des voitures blindées tous terrains avaient progressé en rasant les murs. En quelques instants, notre dispositif avait été anéanti. Il était environ 9 heures 30. Dès lors, les Allemands étaient en possession de la meilleure voie d'accès pour pénétrer dans Amiens, le large boulevard de Beauvillé. Les aautres barricades placées aux issues du faubourg Saint-Pierre devenaient négligeables. Tôt ou tard, elles seraient prises à revers et il serait facile de réduire ces résistances locales
."


Haut
   
MessagePublié : mar. oct. 30, 2012 11:22 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1924
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonjour

Effectivement cette "barricade" N° 4 (comme toute les autres) ne pouvait être d'une grande efficacité... Son personnel était de 3 caporaux, 12 hommes et 1 mitrailleuse. Ces hommes appartenaient-ils au 28e RRG ou au groupe des unités d'instruction de la citadelle ? Ce qui est certain c'est qu'un homme ou deux seulement étaient capables de servir la mitrailleuse. Il devait également y avoir un canon de 75 qui fut mis hors de combat.

Dans ses souvenirs le Chef de bataillon Thuillier note que c'était l'aspirant Leroy qui commandait cette barricade mais que "dès l'attaque de cette barricade, le Lt Gricourt Cdt le sous-secteur prend la direction de la défense". On lui attribue donc le mérite d'une belle résistance alors qu'il était parti...

A+


Haut
   
MessagePublié : mar. oct. 30, 2012 21:13 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1924
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Le char de la Chaussée Jules ferry à désormais un numéro :P

A+


Pièces jointes :
char JF2.jpg
char JF2.jpg [ 1.27 Kio | Consulté 2163 fois ]
char JF.jpg
char JF.jpg [ 19.73 Kio | Consulté 2163 fois ]
Haut
   
MessagePublié : mer. oct. 31, 2012 5:42 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : mar. août 28, 2012 19:38 pm
Messages : 142
BONJOUR à tous

géniale la photo !

le char devait être "HS" la photo ayant été prise en hiver
(bizarre , il y a de neige sur les toits et du feuillage sur les arbres !)

@+ db


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 88 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2 3 4 5 6 Suivant

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org