Nous sommes actuellement le lun. déc. 06, 2021 3:33 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2
Auteur Message
MessagePublié : mer. déc. 09, 2020 20:36 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
Sur la commune de Cavillon voir la citation de 1948 :

http://www.nievresomme.fr/pages/archive ... -2020.html


Haut
   
MessagePublié : dim. déc. 20, 2020 18:50 pm 
Hors-ligne

Inscription : dim. nov. 22, 2020 12:07 pm
Messages : 35
Bonsoir,

Dans le "dictionnaire des gendarmes morts au cours de la seconde guerre mondiale" tome 1: gendarmes morts aux armées 1939/1945 édité par le SHD en 2008, figurent les noms des 21 gendarmes et gardes tués dans la Somme entre le 5 et le 7 juin 1940.

Parmi eux, 2 gardes des 9° et 12° Légions de garde républicaine mobile détachés avec les grades de sergent au 44° RICMS sont tombés lors des combats qui se sont déroulés le 5 juin 1940.

-CONSTANT Pierre,né à Mauzens et Miremont (24), détaché de la 12° Légion de garde républicaine mobile (Toulouse), sergent au 44°RICMS, tué au combat de Soues 5 juin 1940 à Quesnoy/Airaines. Inhumé nécropole Condé-Folie
"Jeune sous-officier, magnifique entraîneur d'hommes tout en conservant un sang froid impeccable dans les situation les plus difficiles. A donné de multiples preuves de ce sang froid, notamment le 3 janvier 1940, dans la forêt de Warndt, et surtout le 5 juin 1940, sur la Somme. Engagé avec sa compagnie dans une contre attaque désespérée contres les blindés ennemis, a accompli l'ordre reçu jusqu'au sacrifice total. A été glorieusement tué aux côtés de ses chefs, sur les hauteurs de la côte 98 près de Soues.
Médaille militaire (à titre posthume) le 9 février 1949- croix de guerre 1939/1945 à titre posthume le 2 septembre 1946


-PERROT Gustave, né à Bordeaux (33) le 16 octobre 1909, détaché de la 9° Légion de garde républicaine mobile (Courbevoie),sergent au 44°RICMS, Blessé mortellement à Condé-Folie le 5 juin 1940. Inhumé à la nécropole de Condé-Folie
"Chef de groupe. A fait preuve de courage et de sang froid au cours de l'attaque allemande du 5 juin 1940, a été mortellement blessé".
Médaille militaire (à titre posthume) le 22 décembre 1943 - croix de guerre 1939/1945 à titre posthume le 20 juin 1942



LA GARDE RÉPUBLICAINE MOBILE PENDANT LA CAMPAGNE 1939-1940 - Extrait figurant dans l'article figurant dans la revue FORCE PUBLIQUE

"Six mille hommes au total sont affectés à l’encadrement des unités : soixante-seize pelotons à pied, trente-huit pelotons à cheval et vingt-trois PM motocyclistes sont désignés pour assurer l’encadrement des formations de série A et de série B mises sur pied à la mobilisation(17). Conformément aux mesures prévues par le mémento sur la mobilisation, dès le 27 août 1939, la 11e LGRM en résidence à Marseille a mis en route sur les centres mobilisateurs d’affectation de la 15e région militaire : trois capitaines, deux lieutenants et un sous-lieutenant. À la mobilisation générale du 2 septembre 1939, les officiers et les gardes concernés pour l’encadrement sont dirigés sur les centres mobilisateurs d’Orange, de Tarascon, de Pont-Saint-Esprit, de Montpellier et de Sète(18). Tout au long de la « Drôle de guerre », la GRM fournit des officiers, des gradés et des gardes afin d’assurer l’encadrement des unités mobilisées, de réserves ou en formation.

En outre, la GRM doit procurer des effectifs pour les prévôtés, ce qui permet d’alléger la charge pour la gendarmerie départementale, déjà largement sollicitée. Les quelques statistiques éparses relevées permettent de constater la variabilité de cette contribution d’un détachement à l’autre."

Cordialement

Hervé


Haut
   
MessagePublié : ven. avr. 30, 2021 22:07 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

J.O. du 9 août 1941 page 3330
MÉDAILLE MILITAIRE
(Pour prendre rang du 18 avril 1941)
THESA (Jean), soldat au 44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais : excellent tirailleur, brave et dévoué. A été très grièvement blessé, le 4 juin 1940, au cours d'une attaque ennemie aux environs de Riencourt. Amputé de l'avant-bras droit.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. juin 04, 2021 10:31 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

Jean Antoine Michel SAUZE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Hangest-sur-Somme, (Somme)
Né le 3 mars 1913 à Fianorantsoa (Madagascar)
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais (44e RICMS)
Mort pour la France
J.O. du 5 septembre 1943 page 2346
Nomination dans la Légion d'Honneur à titre posthume
SAUZE (Jean-Antoine), sous-lieutenant : jeune officier qui, pendant la journée du 5 juin 1940, a Hangest-sur-Somme (Somme), a fait l'admiration de tous par son courage et son énergie et a ranimé par son exemple la foi parmi ses hommes. A servi une des pièces de mitrailleuses de sa section, qu'il avait installée dans un grenier, faisant subir de lourdes pertes à l'ennemi. Est tombé glorieusement alors qu'il allait être fait prisonnier. A été cité.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. juin 04, 2021 17:00 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

et non 14e rég. d'infanterie coloniale mixte sénégalais. comme unité donnée dans la citation
J.O. du 30 décembre 1943 page 3335
Nomination dans la Légion d'Honneur à titre posthume
SERRE (Emile), lieutenant, classe 1927, matricule 1350 au recrutement de Perpignan : chef de section courageux et animé du plus grand esprit de sacrifice. Sur la Somme, le 5 juin 1940, attaqué avec violence par un ennemi très supérieur en nombre et disposant de moyens puissants, a conduit jusqu'au bout avec une bravoure exemplaire la défense de son point d'appui, causant a l'ennemi des pertes sévères. A été glorieusement tué à son poste de combat à Breilly, le 5 juin 1940. A été cité.
Emile SERRE
Mort pour la France le 5 juin 1940 (Château du Gard*, (Somme)
Né le 31 mars 1907 à Perpignan (Pyrénées-Orientales)
44e régiment d'infanterie coloniale (44e RIC)
Mort pour la France
tué au combat

* L'abbaye du Gard était une abbaye cistercienne située sur le territoire de l'actuelle commune de Crouy-Saint-Pierre (Somme)



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : sam. juin 12, 2021 10:11 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

Condé-Folie - 5 juin 1940

J.O. du 5 janvier 1944 page 95
Attribution de la Médaille militaire à titre posthume
DUPEYRAT (Raymond), soldat, classe 1934, matricule 838 au recrutement de Périgueux : soldat brave et courageux. A ëté tué glorieusement A son poste de combat, le 5 juin 1940, Condé-Folie (Somme). A été cité.
Raymond DUPEYRAT
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Condé-Folie, (Somme)
Né le 9 avril 1914 à Saint-Paul-Lizonne (Dordogne)
44e régiment d'infanterie coloniale (44e RIC)
Mort pour la France


12e légion de gendarmerie et 44e RICMS
J.O. du 3 janvier 1944 page 78
Attribution de la médaille militaire à titre posthume
PERROT (Gustave), gendarme, classe 1929, matricule 2279 au recrutement de Périgueux : chef de groupe qui a fait preuve de courage et de sang-froid au cours de l'attaque allemande du 5 juin 1940. A été mortellement blessé à son poste de combat à Condé-Folie (Somme). A été cité.
Voir pour ce gendarme les renseignements donnés plus haut par Hervé SAVARY



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : sam. juin 12, 2021 11:27 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

J.O. du 19 juin 1941 page 2561
Attribution de la Médaille militaire et de la Croix de guerre avec palme
RAYMOND (Charles), soldat au 44e régiment d'infanterie : a été grièvement blessé par balle, le 9 juin 1940, à son poste de combat à Airaines. Amputé d'une jambe.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : jeu. juil. 22, 2021 15:37 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

Jean Louis MAUBOURGUET
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Hangest-sur-Somme, (Somme)
Né le 30 avril 1915 à Limoges (Haute-Vienne)
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais (44e RICMS)
Mort pour la France
J.O. du 26 novembre 1942 page 3916
Attribution de la Médaille militaire à titre posthume
MAUBOURGUET (Jean-Louis), aspirant : jeune aspirant qui, pendant la journée du 5 juin 1940, à Hangest-sur-Somme, eut une conduite exemplaire et conduisit sa section avec une énergie et un courage admirables. Après avoir lutté toute la journée, a trouvé une mort glorieuse, le 5 juin 1940, à Hangest-sur-Somme (Somme), alors qu'il allait être fait prisonnier. A été cité.


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : mar. juil. 27, 2021 10:53 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

J.O. du 17 novembre 1943 page 2958
SECRÉTARIAT D'ÉTAT A LA DÉFENSE
Décret n° 2964 du 6 novembre 1943 conférant la médaille militaire à titre posthume.
Par décret en date du 6 novembre 1943, rendu sur la proposition du général de corps d'armée, secrétaire d'Etat à la défense, vu la déclaration du conseil de l'ordre de la Légion d'honneur portant que les propositions du présent décret sont faites en conformité des lois et règlements en vigueur, la médaille militaire a été conférée, à titre posthume, aux militaires dont les noms suivent:

BOURNIQUEL (Paul-Lucien-Louis), aspirant, classe 1920, matricule 1518 au recrutement de Carcassonne : chef de section courageux et animé du plus grand esprit de sacrifice. Sur la Somme, le 5 juin 1940, attaqué avec violence par un ennemi très supérieur en nombre et disposant de moyens puissants, a conduit jusqu'au bout avec une bravoure exemplaire la défense de son point d'appui, causant à l' ennemi des pertes sévères. A été glorieusement tué à son poste de combat, à Breilly, le 5 juin 1940. A été cité.
Paul Lucien Samuel Louis BOURNIQUEL
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Saint-Pierre-à-Gouy, (Somme)
Né le 8 février 1900 à Castres (Tarn)
44e régiment d'infanterie coloniale (44e RIC)
Mort pour la France

STOLTZ (Fernand), aspirant, classe 1937, matricule 784 au recrutement de Mulhouse : chef de section courageux et animé du plus grand esprit de sacrifice. Sur la Somme, le 5 juin 1940, attaqué avec violence par un ennemi très supérieur en nombre et disposant de moyens puissants, a conduit jusqu'au bout avec une bravoure exemplaire la défense de son point d'appui, causant à l'ennemi des pertes sévères. A été glorieusement tué à son poste de combat, a Breilly, le 5 juin 1940. A été cité.
Fernand STOLTZ
Mort pour la France le 5 juin 1940 à St Pierre à Jouy, (Somme)
Né le 13 août 1917 à Mulhouse (Haut-Rhin)
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais (44e RICMS)
Mort pour la France



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : jeu. juil. 29, 2021 16:58 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

Charles CISSE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Breilly, (Somme)
Né le 14 juillet 1912 à Gorée (Sénégal)
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais (44e RICMS)
Mort pour la France

J.O. du 9 mars 1943 page 682
Nomination dans la Légion d'honneur à titre posthume
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais
CISSE (Charles), sous-lieutenant : jeune officier d'élite, modèle de bravoure, d'abnégation, d'esprit de sacrifice, digne des plus purs héros de l'Histoire. Le 5 juin 1940, sur la Somme, a assuré pendant plusieurs heures le commandement d'une section de mitrailleuse avec compétence, énergie, sang froid, sous des bombardements d'aviation ennemie. A contribué à repousser plusieurs attaques causant de lourdes pertes à l'ennemi. A protégé un mouvement difficile des défenseurs du P. A. par des tirs exécutés à très courte distance sur des ennemis nombreux et résolus. A trouvé une mort glorieuse en dirigeant le feu de ses pièces sur des engins blindés ennemis qui avaient encerclé totalement la position. A été cité.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. août 20, 2021 11:00 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

J.O. du 17 juin 1944 page 1547
Nomination dans la Légion d'honneur à titre posthume

Yves François Louis LE BARILLEC
Mort pour la France le 6 juin 1940 à Molliens-Vidame, (Somme)
Né le 2 mai 1915 à Nantes (Loire-Atlantique)
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais (44e RICMS)
Mort pour la France
tué par éclats d'obus

LE BARILLEC (Yves-François-Louis), médecin lieutenant, classe 1935, matricule 30 au recrutement de Louent : officier du service de santé d'un courage et d'un dévouement remarquables. Au cours des combats des 5 et 6 juin 1910. sur la Somme, s'est porté à plusieurs reprises au secours des blessés sous un feu violent de mitraillettes, réussissant notamment, à ramener seul, un sous-officier blessé. A été tué glorieusement, le 6 juin 1940, près de Molliens-Vidame, dans l'accomplissement de son devoir. A été cité.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : lun. sept. 13, 2021 8:51 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
Article du COURRIER PICARD de l'édition du 12 septembre 2021 page 7

Article de THIERRY GRIOIS

CROUY-SAINT-PIERRE (Somme)

HOMMAGE aux tirailleurs sénégalais Tombés si loin de leurs pays

Crouy-Saint-Pierre L’inauguration de la stèle du Tirailleur sénégalais, plus largement dédiée à tous les soldats originaires d’Afrique tombés en France lors de la Seconde Guerre mondiale, a été empreinte de solennité et d’émotion hier. Des représentants des ambassades du Congo, du Mali, du Gabon et du Sénégal étaient présents.

Il aura fallu attendre plus de 80 ans pour qu’une stèle rende enfin hommage au sacrifice des 134 combattants africains du 44 e Régiment d’Infanterie Coloniale tombés dans le village lors des combats des 5 et 6 juin 1940 contre l’armée allemande. Un régiment qui comprenait des jeunes soldats venus du Sénégal, du Gabon, de Guinée, de Côte d‘Ivoire, du Congo, du Mali, alors colonies françaises.
L’importance de la cérémonie de ce samedi 11 septembre, sa solennité et son émotion, étaient à la hauteur de cette longue attente. Une cérémonie qui a consisté en particulier à inaugurer, en présence de nombreux élus, la statue en résine composite représentant un tirailleur sénégalais du sculpteur-plasticien Olivier Briquet. Au pied de cette statue expressive, implantée au bord de la Départementale 3 qui traverse le village, Hamidou Camara, un Amiénois de 24 ans, originaire de Guinée-Conakry, qui a servi de modèle au sculpteur, était particulièrement ému.

« UNE VRAIE RECONNAISSANCE DU PEUPLE FRANÇAIS »

« J’ai rencontré Olivier Briquet lors d’un stage que je faisais à l’association La Courte Échelle à Ailly-sur-Somme en 2018. Il m’a demandé de lui servir de modèle et j’ai accepté », rappelait-il. Avant d’ajouter : « Ce jour et cette statue sont très importants pour moi parce que je représente ici toute l’Afrique. Je lui donne une image. Et j’ai vraiment à cœur de représenter mon continent et tous les pays dont les jeunes soldats se sont battus ici. C’est une journée vraiment très particulière dont je me souviendrai et à laquelle je suis heureux de participer. Cette cérémonie est une vraie reconnaissance du peuple français. Elle fait écho pour moi au bon accueil que j’ai reçu en France il y a quelques années… »

Quelques minutes plus tôt, le jeune homme avait été applaudi par les représentants des ambassades du Congo, du Mali, du Gabon et du Sénégal, présents sur place, pour avoir prêté ses traits à la statue. Norbert Ékouya-Ngatse, attaché militaire auprès de l’ambassade de la République du Congo, en tenue militaire, était de ceux-là. « Pour nous, cette journée commémorative est importante, soulignait-il, en mettant ainsi à l’honneur le Tirailleur sénégalais, elle rappelle qu’avant que nos pays soient indépendants, nos grands-parents et nos parents ont combattu et donné leur vie pour la France. Même si je suis soldat, l’émotion est là aujourd’hui, devant le sacrifice de ces hommes. Cela donne à méditer sur leur courage. Je trouve dommage que les jeunes générations de Français ne connaissent pas ou peu cet aspect de la Deuxième Guerre mondiale. D’autant plus que, c’est de mon pays, de Brazzaville, alors capitale de la France libre, que le général de Gaulle a lancé son célèbre appel aux Africains pour qu’ils l’aident dans une offensive contre l’ennemi allemand le 26 octobre 1940. Ce sont des repères historiques qui manquent aujourd’hui. »
Des repères que la statue inaugurée ce samedi contribuera à ne pas totalement effacer.


LE CONTEXTE HISTORIQUE DE LA STATUE
La statue inaugurée officiellement ce 11 septembre mais en place depuis mai dernier, représente un tirailleur sénégalais en arme et porteur de sa chéchia. Elle a été érigée à la mémoire des Armées Coloniales Françaises qui ont combattu dans la région en mai et juin 1940.
Le 44 e Régiment d’Infanterie Coloniale, intégré aux troupes du commandant Raoul Salan, défendait les villages de Crouy-Saint-Pierre, où la section du capitaine Amédée Blay était positionnée, et Saint-Pierre à Gouy, où était positionnée celle du capitaine Jean-Alexandre Heurtebise, les 5 et 6 juin. Tous ont été massacrés.


Haut
   
MessagePublié : lun. oct. 25, 2021 10:35 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
44e régiment d'infanterie coloniale mixte sénégalais

NIPRE OULE
Mort pour la France le 5 juin 1940
Né en 1909 à Lateko (Côte d'Ivoire)
44e régiment d'infanterie coloniale (44e RIC)
Mort pour la France
Sources : Service historique de la Défense, Caen
Cote : AC 21 P 107376

Sépultures de guerre
Oule NIPRE
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Crouy, (Aisne) Erreur de localisation - lire à Crouy, (Somme) - commune de Crouy-Saint-Pierre.
soldat au 44 R.I.C.M.S.
Mort pour la France
Lieu de sépulture : Condé-Folie (Somme)
nécropole nationale de "Condé-Folie"
Type de sépulture : tombe individuelle
Numéro de la sépulture : 1934


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. nov. 19, 2021 15:49 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 5025
Localisation : Somme
René Léon Louis PAILHAS
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Comos-la-Folie, ??? (Somme) Il pourrait s'agir de Condé-Folie
Né le 11 octobre 1905 à Saint-Georges-de-Luzençon (Aveyron)
Marié le 11 février 1934 à Castelnau avec Marcelle Jalbert
44e régiment d'infanterie coloniale (44e RIC)
Mort pour la France
Sources : Service historique de la Défense, Caen
Cote : AC 21 P 124860

René Léon PAILHAS
Mort pour la France le 5 juin 1940 à Condé Folie (Somme)
soldat au 44e régiment d'infanterie (44e RI)
Lieu de sépulture : Condé-Folie
nécropole nationale de "Condé-Folie"
Type de sépulture : tombe individuelle
Numéro de la sépulture : 57

Nota Bene : Un autre soldat du même village de l'Aveyron et portant le même patronyme, est décédé dans la Somme en juin 1940

Marcel Henri PAILHAS
Mort pour la France le 1er juin 1940 fort probablement dans le département de la Somme
Né le 25 décembre 1913 à Saint-Georges-de-Luzençon (Aveyron)
2e RAM
Mort pour la France
Sources : Service historique de la Défense, Caen
Cote : AC 21 P 124859

J.O. du 31 décembre 1943 page 3350

Une requête a été présentée au procureur de la République près le tribunal de Millau en vue de faire déclarer judiciairement l'absence de PAILHAS (Marcel), domicilié à Saint-Georges-de-Luzençon (Aveyron) et né audit lieu le 23 décembre 1913, disparu au cours de la guerre 1939-1340, alors qu'il était soldat au 2e R. A. M., 6e batterie.

J.O. du 22 avril 1944 page 1139

Une requête a été présentée au procureur de la République près le tribunal de Millau en vue de faire déclarer judiciairement l'absence de Marcel PAILHAS, domicilié à Saint-Georges-de-Luzençon, disparu au cours de la guerre 1939-1940. alors qu'il était soldat au 2e R. A. M., 6e batterie.



Ces deux soldats sont en fait deux frères. Ils sont les fils d'Alexandre PAILHAS, cultivateur à Saint-Georges-de-Luzençon, (né en 1870 à Millau) et de Léonie CALVET (née en 1880 à Saint-Georges) . Le couple aura trois enfants ; René né en 1905, Antoinette née en 1909 et Marcel né en 1913.
Liste nominative de recensement de population de Saint-Georges-de-Luzençon (Aveyron) de 1921.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 29 messages ]  Atteindre la page Précédent 1 2

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
cron
(c)picardie-1939-1945.org
[ Time: 0.277s | Queries: 24 | Peak Memory Usage: 13.78 Mio | GZIP: On ]