Nous sommes actuellement le dim. août 14, 2022 13:50 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
MessagePublié : jeu. nov. 18, 2021 14:42 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Le Progrès de la Somme, numéro 22874, 22 janvier 1943

AMIENS

Le service de garde est levé


Les mesures de surveillance prescrites par les autorités d'occupation étant levées pour les habitants d'Amiens à partir du 21 janvier, en ce qui concerne la garde de divers points dépendant du domaine de la S.N.C.F. et d'immeubles de la ville, les personnes qui ont été désignées à partir de cette date pour assurer ce service de surveillance sont priées de considérer comme nulle la réquisition (imprimé rose ou imprimé jaune) qui leur a été remise.

=======================================================

Un service de surveillance et de garde sur la voie ferrée à partir du 26 février 1943


Edition du Progrès de la Somme du 27 février 194 3 page 2

Les autorités allemandes viennent de prescrire une surveillance renforcée par la population civile sur le territoire du départements, des voies ferrées des lignes Amiens-Paris et Amiens-Lille.
Cette surveillance devra être exercée, dès le 26 février 1943, à partir de 19 heures, et jusqu'à nouvel ordre, par des hommes valides.
Conformément aux instructions de M. le Feldkommandant, la surveillance doit s'effectuer de telle manière que chaque garde ait à parcourir le jour une distance de 500 mètres, et durant la nuit, 250 mètres.
MM. les Maires des communes intéressées devront fixer les heures des tours de garde et désigner les habitants de leur commune qui seront chargés de la surveillance.


défense de stationner aux abords des ponts et de la voie ferrée

Le Général Commandant la Feldkommandantur d'Amiens rappelle qu'il est formellement interdit aux personnes non autorisées de pénétrer sur les installations ferroviaires, ou de séjourner à leur proximité immédiate. Les services allemands de contrôle ont reçu des instructions pour faire usage de leurs armes.
Il est, de plus, interdit de stationner sur les ponts et au-dessous des ponts, ou de s'y arrêter avec des véhicules de quelque nature qu'ils soient.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : jeu. nov. 18, 2021 14:42 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
ALBERT

La garde de la voie ferrée

Le Progrès de la Somme, numéro 22924, 21 - 22 mars 1943

A partir de dimanche, à 23 heures, le service de garde le long de la voie ferrée sera assuré 3 heures pendant la nuit et quatre heures pendant le jour.
Le maire appelle l'attention des intéressés sur la gravité des sanctions qu'ils encourent lorsqu'ils ne répondent pas aux convocations qui leur sont adressées.



Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : jeu. nov. 18, 2021 16:10 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Deux garde-voies tués par un train à Lamotte-Brebières

Un pénible accident - les premiers résultats de l'enquête laissent prévoir qu'il s'agit d'un accident - qui a coûté la vie à deux hommes s'est produit jeudi matin sur le territoire de Lamotte-Brebières, non loin du pont du chemin de fer, au-dessus de la Somme.
Il était 10 heures 1/4 et M. Ladent, agent de secteur de la cabine n° 10, se trouvait en tournée de surveillance lorsqu'il aperçut entre les voies de la ligne Amiens-Arras deux cadavres horriblement déchiquetés. Il revint en toute hâte à la cabine et avisa la gare de Longueau. Peu après le Commissariat Spécial et le parquet d'Amiens étaient prévenus et bientôt arrivaient sur les lieux : MM. Muller, juge d'instruction, Trensz, substitut du procureur de la République ; Jeannot, commissaire spécial ; Goulard, chef de la Sûreté ; Brocq, chef de gare principal de Longueau ; Biendiné, greffier du magistrat instructeur ; Demailly, représentant le chef de District ; Jutelet, chef de poste des garde-voies à Longueau ; le docteur Saint-Aubin de Camon.
Questionné par le juge d'instruction Muller, Ladent, après avoir conduit les enquêteurs sur les lieux, lui relata dans quelles circonstances il avait découvert les cadavres qui furent rapidement identifiés grâce à leurs papiers. Il s'agit de deux garde-voies, Héricourt Edouard, 23 ans et Lefevre Gibert, 20 ans, domiciliés, le premier, rue René-Boileau, le deuxième, rue Edmond-Rostand, tous les deux célibataires.
De l'enquête et des constatations, il semble résulter que les deux garde-voies, au cours de leurs allées et venues le long et sur les voies ont été surpris par l'express n° 351 qui quitte Amiens vers 10 heures ; l'épais brouillard, qui régnait à ce moment ne leur permit pas d'en percevoir l'approche et les deux infortunés, happés par la locomotive, furent "roulés" et déchiquetés.
Les corps ont été ramenés à Amiens par les soins de la S.N.C.F. et transportés au Nouvel Hôpital où l'autopsie sera faite par le docteur Poulain.

Edition du Progrès de la Somme du 27 février 1943 page 2

La mort des deux garde-voies à Lamotte-Brebières
Les conclusions du médecin-légiste ont confirmé la thèse envisagée par les enquêteurs et selon laquelle les deux garde-voies en faction près du pont du chemin de Lamotte-Brebières ont été tués par l'express Amiens-Arras dont ils ne purent, à cause du brouillard très épais, percevoir l'approche.
Aucune trace de blessure pouvant provenir de violences n'a été retenue sur les corps.

Avis mortuaires

Obsèques de M. HERICOURT Edouard, 23 ans, lundi 1er mars, à 9 h, église Cœur immaculé de Marie. Réunion, 173, rue René-Boileau. De la part de ses parents et de toute la famille.

Obsèques de M. LEFEVRE Gilbert, 20 ans, décédé accidentellement, auront lieu le lundi 1er mars, à 9 h., église Cœur immaculé de Marie. Réunion rue Edmond-Rostand. De la part de ses parents et la famille.

Edition du Progrès de la Somme du dimanche 28 février et du lundi 1er mars 1943

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

On peut s'interroger sur cette psychose de la part des autorités (tant allemandes que françaises) à rechercher une autre cause à leurs blessures. Ont-elles, dès le début du service de garde de la voie ferrée, craint des sabotages de la part de la Résistance ?


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. déc. 10, 2021 17:58 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
Garde des voies ferrées

OISE

En conformité des ordres de M. le Préfet de l'Oise en date du 25 mai (1942), le tronçon de voie ferrée Creil-Amiens traversant Clermont doit être gardé jour et nuit. Les personnes affectées à ce service de garde toucheront une indemnité horaire de 5 francs par jour et de 6 fr. 25 la nuit. Les habitants volontaires pour assurer ce service (employés ou ouvriers occupés seulement pendant une partie de la journée) sont priées de se faire inscrire d'urgence à la mairie.

Le Progrès de la Somme, numéro 22674, 29 mai 1942

SOMME

Gardes des voies et communications

Pour l'organisation d'un service de gardes voies et communications, des emplois d'agents de surveillance sont actuellement vacants dans les localités ci-après désignées :
Amiens-Rouen : Saleux, Namps, Quevauvillers, Poix et Frettemolle.
Amiens-Paris : Longueau, Boves, Fouencamps, Ailly-sur-Noye et La Faloise.
Amiens-Tergnier : Villers-Bretonneux, Marcelcave, Guillaucourt, Harbonnières, Chaulnes, Nesle et Ham.
Amiens-Lille : Corbie, Buire-sur-Ancre, Albert, Beaumont-Hamel et Miraumont.
Amiens-Boulogne : Ailly-sur-Somme, Picquigny, Hangest-sur-Somme, Abbeville, Noyelles-sur-Mer, Rue et Quend.
Les intéressés devront satisfaire aux conditions suivantes :
être français d'origine ;
être âgé de 21 à 50 ans ;
être d'une constitution robuste ;
n'avoir encouru aucune condamnation.
Pour tous renseignements complémentaires, s'adresser avant le 1er juin soit à la brigade de gendarmerie la plus proche, soit au chef du service départemental des G.V.C., 24, rue Diderot, à Amiens.

Le Progrès de la Somme, numéro 22674, 29 mai 1942


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
MessagePublié : ven. janv. 14, 2022 16:36 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 6107
Localisation : Somme
AVIS

Un attentat criminel a été commis contre un train de charbon destiné à la population française et circulant sur l'une des grandes lignes dans le département.
Par de tels crimes les intérêts des troupes d'occupation se trouvent atteints du fait qu'elles partagent avec les autorités françaises la responsabilité de la sécurité de circulation dans la zone occupée.
J'ai donc ordonné la surveillance de ces voies par les habitants de 5 communes environnantes avec cette réserve que les personnes chargées de la surveillance auront à répondre des attentats qui pourront être commis sur cette ligne.
Le Feldkommandant
signé : GENEE
: Genée
Generalmajor.

Le Progrès de la Somme, numéro 22453, 5 septembre 1941

ALBERT

Le service de garde est obligatoire


Plusieurs personnes qui ont refusé d'assumer le service de garde de la ligne de chemin de fer, ont été incarcérées ; elles viennent d'être relâchées à la demande de M. le Maire.
La population est informée qu'aucune mesure de clémence ne sera accordée, à l'avenir, et que toute personne qui refuserait d'obtempérer à la réquisition serait déférée, par la Kreiskommandantur, à la cour martiale à Amiens.

Le Progrès de la Somme, numéro 22456, 9 septembre 1941

Le sabotage dont il est ici question est celui commis le 30 août 1941 sur la ligne de chemin de fer Paris-Lille, à 800 mètres environ au Nord-Est de la gare de Miraumont. il est le premier perpétré sur le tronçon Amiens-Arras au km 169 à l'explosif. Les sabotages s'intensifieront en 1942 mais surtout en 1943 avec 12 sabotages.

sources : Procès-Verbal de la gendarmerie d'Albert - in La RESISTANCE DANS LA SOMME - 1 : Actions de sabotage (Bulletin du Service éducatif des archives de la Somme -textes et documents sur la Somme, X. Lochmann, professeur - animateur du service éducatif, 1984)


Cordialement
Eric Abadie


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org
[ Time: 0.390s | Queries: 21 | Peak Memory Usage: 13.65 Mio | GZIP: On ]