Nous sommes actuellement le mar. mai 26, 2020 3:19 am

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : 109e RI
MessagePublié : ven. sept. 28, 2007 19:02 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1952
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Je cherche la composition de l'encadrement de ce régiment. D'autre part j'ai lu qu'il avait mauvaise réputation car il comptait dans ses rangs des agitateurs, il s'est cependant très bien comporté au feu. Qq aurait-il confirmation de cette réputation de "régiment rouge"?

Cordialement


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mar. mars 16, 2010 21:09 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1380
Localisation : Somme
Bonsoir à tous,
Voici la transcription d'un article du Courrier Picard en date du 19 septembre 1990, signé Bertrand Meinnel intitulé :
"Crapeaumesnil : le capitaine allemand se repent

50 ans après la bataille qui détruisit le village, Helmut Eckhoff est venu présenter ses excuses aux habitants.
Juin 1940. La bataille de France vit ses dernières heures et l'exode bat son plein. Pourtant quelques troupes françaises résistent encore à l'invasion des panzers allemands. A Crapeaumesnil, un petit village du canton de Lassigny, limitrophe avec la Somme, une bataille se livre. Du 6 au 8 juin 1940, la 4e Panzerdivision attaque la cote 101. Les Allemands tentent une percée vers Paris. Mais le secteur est âprement défendu par le 109e régiment d'infanterie.
Les combats font rage durant trois jours. Bien soutenus par l'artillerie, les français vont repousser les assauts. Du côté allemand, les pertes sont extrêmement lourdes. Le capitaine de chars Helmut Eckhoff, âgé de 25 ans, sera notamment blessé deux fois. Mais le village, heureusement évacué, sera entièrement détruit.
9 août 1990. A Crapeaumesnil, où demeure moins d'une centaine d'habitants, on a célébré le 10 juin le cinquantième anniversaire de la bataille. Ce matin-là, Hubert Detavernier, le maire, reçoit une bien étrange missive. Elle provient d'Allemagne de l'Ouest, expédié par un certain Helmut Eckhoff.
Il explique sa volonté de revenir au village pour présenter, au nom de l'armée allemande, ses excuses aux habitants pour les destructions occasionnées durant les combats. Impressionné par le lourd tribut payé par le village, cette image le hante depuis la guerre, et il songeait depuis longtemps à venir se repentir. Agé de 75 ans, il veut faire la paix avec sa conscience avant de mourir. Hubert Detavernier répond et invite l'ancien capitaine.
Blessé lors de la bataille
Et samedi après-midi, le 15 septembre, Helmut Eckhoff arrive, mais pas tout à fait comme prévu. Il est juché sur une bicyclette, sur laquelle il a parcouru en six jours les 600 km séparant Aix-la-Chapelle de Crapeaumesnil...
Accueilli par le maire et quelques habitants, Helmut Eckhoff, ancien professeur d'anglais et de musique à Berguenstadt, avait les larmes aux yeux. Il s'est excusé pour les destructions dans un français hésitant, mais Ô combien sincère et émouvant, devant une assemblée très touchée par ce geste, bien qu'aucun habitant n'ait vécu cette intense bataille.
[...]"

Lettre d'Helmut Eckhoff :
"A la
Mairie de Crapeaumesnil

Madame le Maire,
respectivement Monsieur le Maire,
Je fait
(sic) appel à vous avec une supplication bien urgente : il y a exactement 50 ans que, avec ma compagnie de l'armée allemande d'alors, en mai ou juin 1940, j'ai attaqué Crapeaumesnil, la petite ville paisible. Pendant toutes les années, j'imaginais comment nous avons fait feu sur elle et combien nous avons fait tort aux habitants et défenseurs.
A l'attaque, j'ai été blessé par deux coups d'une mitrailleuse française ; mais miraculeusement je survécus
(sic) à l'attaque à Crapeaumesnil et à toute la guerre."

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mar. mars 16, 2010 22:18 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : sam. oct. 24, 2009 9:38 am
Messages : 1380
Localisation : Somme
Un récit relatant les combats de Crapeaumesnil existe dans un livre écrit à l’époque de Vichy intitulé : MEMORIAL DE FFRANCE Exergue du Maréchal Pétain – Faits d’armes de la Guerre 1939-1940, recueillis par André-Paul ANTOINE, préface de TIXIER-VIGNANCOUR, Ed. SEQUANA, Paris, achevé d’imprimer le 14 décembre 1940, p. 46 et suivantes.

GROUPE FRANC ET 6e COMPAGNIE DU 109e D’INFANTERIE
COMBAT DE CRAPEAUMESNIL
(7 JUIN 1940)
Le 5 juin, le 2e bataillon du 109e d’infanterie prend position au sud de Crapeaumesnil. La 6e compagnie est en flèche. Le groupe franc a pour mission de défendre la sortie sud du village. L’organisation du secteur est vivement poussée. La nuit passe sans incident.
Le lendemain, 7 juin, la 29e division qui défend un peu plus au nord Roye, Roiglise et Verpillières, est violemment attaquée et bousculée. Roye et les deux villages flambent. Les défenseurs de Crapeaumesnil se trouvent maintenant en première ligne.
Vers 11 heures un violent bombardement s’abat sur la position. Une trentaine de chars ennemis débouchent de Verpillières, à présent occupé par les allemands et progressent en direction de Crapeaumesnil. Du village de Verpillières, embusquée dans le clocher et dans les maisons l’infanterie ennemie fait pleuvoir une grêle de balles sur les fantassins du 109e qui ripostent. L’artillerie allemande et l’artillerie française se livrent un duel furieux. Les tanks se sont arrêtés dans un repli de terrain, hors de portée des canons de 25 et arrosent nos lignes d’obus et de rafales de mitrailleuses.
Vers 16 h. 30 l’aviation ennemie apparaît et bombarde le secteur. Des camions allemands débouchent de Verpilllières et débarquent des fantassins qui progressent vers nos positions, tandis que d’autres troupes sortant des lisières ouest du village d’Amy se lancent à l’attaque. Les officiers, à cheval, encouragent leurs hommes. Un feu violent d’armes automatiques brise net la tentative ennemie.
Vers 19 heures des chars ennemis parviennent à progresser sur le flanc droit de la 6e compagnie. Ils précèdent l’infanterie qui s’infiltre, utilisant tous les cheminements. La 6e compagnie ne possède plus que deux mitrailleuses. Le canon de 25 et les autres armes automatiques ont été anéantis par le bombardement. Le groupe franc du 2e bataillon reçoit l’ordre de se porter à la droite du dispositif pour stopper l’avance ennemie qui devient dangereuse.
L’ordre est immédiatement exécuté. Pris sous un feu violent le groupe franc subit des pertes sévères. Il ouvre un feu d’enfer et stoppe l’attaque qui ne progresse plus.
A la tombée de la nuit, le bombardement redouble. Toutes les liaisons sont coupées. Des renforts allemands amenés par camions attaquent le village par le nord et l’est. Accompagnés d’éléments motorisés, les fantassins ennemis progressent dans les luzernes et les blés. L’obscurité permet mal de les distinguer.
Malgré un feu violent, la section qui défend l’entrée nord du village est submergée. L’ennemi s’engouffre dans la rue principale. On se bat de maison en maison. On se fusille à bout portant. Sous le flot ennemi les quelques combattants survivants ne peuvent tenir plus longtemps. Ils reçoivent l’ordre de se replier. Le corps franc est chargé de couvrir le décrochage. Il ne compte plus que 13 hommes dont 6 blessés qui continuent à combattre. Il est près de 22 heures. Le groupe franc va être encerclé.
Il forme le carré. Les blessés sont placés au centre. Debout, le fusil-mitrailleur sous le bras, les soldats Odot et Delunsch exécutent à bout portant des tirs de fauchage. La retraite commence.
L’ennemi crie « Rendez-vous ». Pour toute réponse les fusils-mitrailleurs tirent en rafales. Chaque haie, chaque obstacle est défendu avec acharnement pour permettre le passage des blessés. Gêné par l’obscurité, trompé par la vigueur de la résistance, l’ennemi finit par s’arrêter. Le groupe franc atteint enfin le Bois des Loges où se trouve le poste de commandement du bataillon. Pas une arme, pas un blessé du groupe franc n’est resté aux mains de l’ennemi. Quelques heures plus tard, les survivants du groupe franc et ce qui reste de la 6e compagnie prennent position face à l’ennemi au Buvier. Toute la journée du 8 est calme. L’ennemi n’attaque plus. Le soir, à 22 h. 30, l’ordre arrive de se replier sur Pont-Sainte-Maxence.

Voir aussi ce site :
http://juin1940.free.fr/somme.htm

Cordialement
Eric


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mars 17, 2010 0:08 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1952
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Merci pour ces infos, en particulier l'article. Cela viendra compléter le texte dans une future mise à jour (on va s'y remettre hein Fred?)

A+


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mars 17, 2010 11:23 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3400
Marc Pilot a écrit :
Bonsoir

Merci pour ces infos, en particulier l'article. Cela viendra compléter le texte dans une future mise à jour (on va s'y remettre hein Fred?)

A+


Pas de problème, maintenant qu'on a un serveur de compétition !

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message : Re: 109e RI
MessagePublié : ven. févr. 26, 2016 23:09 pm 
Hors-ligne

Inscription : mar. févr. 01, 2011 12:52 pm
Messages : 432
Localisation : CAGNY 80
Salut Marc,
Mieux vaut tard que jamais...
Je ne sais pas si ça t'intéresse toujours, j'avais ces infos depuis 1 an ou 2...
(dossier 34 N 116 du SHD)
A++
Nicolas


Pièces jointes :
DSCN4980.JPG
DSCN4980.JPG [ 2.63 Mio | Consulté 1819 fois ]
DSCN4981.JPG
DSCN4981.JPG [ 2.6 Mio | Consulté 1819 fois ]

_________________
Nicolas BERNARD
nicolasbernard4@gmail.com
Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org