Nous sommes actuellement le mar. mai 26, 2020 18:11 pm

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00




Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message : Timbre
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 17:31 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1952
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Le défilé de la 28th DIUS à Paris le 29 août 1944 a donné lieu à l'émission d'un timbre (que je n'ai jamais vu). Certains ont essayé d'identifier les hommes figurant sur la photo d'origine et l'on trouve ceci:

Capt. Howard E. Ludwick, in front on the far right, was killed two days after he marched through Paris, in Criel, France. His mother wrote his story.

Je n'ai pas trouvé le récit écrit par sa mère et je ne sais pas où le chercher (avis aux philatélistes). en attendant qqun aurait-il des infos sur ce capitaine?

A+


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 18:38 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3400
Image

je doute que cela soit celui-ci, mais il s'agit d'un timbre de 1945 :
U.S. Troops Passing Under Arc de Triomphe

ensuite je n'en vois pas d'autres avec des soldats qui défilent.
bon courage pour voir le capitaine. :twisted:

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 18:48 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3400
STAMPS : The Picture Points the Way

By BARTH HEALEY
Published: November 13, 1988

LEAD: WORLD War II did not end on Aug. 29, 1944, when the United States Army paraded through Paris, past the Arc de Triomphe and down the Champs Elysees.

WORLD War II did not end on Aug. 29, 1944, when the United States Army paraded through Paris, past the Arc de Triomphe and down the Champs Elysees.

But for the millions of Americans who saw the Associated Press photograph of the march, that day in Paris was the emotional conclusion of the greatest conflict ever, a conclusion that was sealed with surrenders signed in Europe on May 7, 1945 and in Japan on Sept. 2, 1945.

The photograph was the basis for the design of a United States stamp, the Army issue of 1945, in a series marking the end of World War II.

Veterans Day calls to mind extraordinary research on this stamp, spanning more than four decades.

The six designs in the series, honoring the Marines, the Army, the Navy, the Coast Guard, the Merchant Marine and women in the services, were based in part on classic war-time photographs.

When the Army issue was released, the researchers set out to identify as many of those soldiers as possible.

To date, a remarkable number -27 - have been named. The most recent compilation was made by Albro T. Gaul in the November 1986 issue of The American Philatelist. He also offered an extensive review of the historical sources, and several hobbyists amplified and corrected some of his information in subsequent issues.

The men in the march were from the 28th Infantry Division, with the 112th Regiment on the right and the 110th on the left. Behind them came men of the 109th Regiment.

The first man to be identified was found on the day the stamp was issued, Sept. 28, 1945.

Three wounded veterans hospitalized at Walter Reed Hospital in Washington had been invited to the first-day ceremonies at the Pentagon, and when they returned to the hospital a resident internist, Dr. P. A. Linguiti, asked to see the stamps.

He found himself, center-left in the front row, wearing a Red Cross armband. Dr. Linguiti had been the medic for the 112th Regiment and won the Silver Star.

In following months three others were identified, and one of the Walter Reed patients, Pvt. Charles Biddle, joined with a colleague at the Department of the Interior, Joseph C. Jerome, to track down as many soldiers as they could.

The initial research began not with the stamp but with the photograph, which was taken by Dan Grossi of The Associated Press. The photograph did not include the planes that appear on the stamp, which were added at the insistence of the Army Air Corps; the planes are hybrids, neither B-29's (there were none in Europe) nor B-17's (which had a different wing-to-stabilizer ratio).

One of the first men identified, Lieut. James Ruby, in the center-front, looking left, was the commanding officer, C Company, 112th Regiment. He was able to name eight more, bringing the total to 12, and Mr. Jerome determined to gather all their stories in ''The History of the U.S. Army 3-Cent Commemorative.''

As the net spread, more soldiers recalled who had marched next to them through Paris, and each survivor was asked to write of his experiences during and after the war.

Some did not survive.

Capt. Howard E. Ludwick, in front on the far right, was killed two days after he marched through Paris, in Criel, France. His mother wrote his story.

Lieut. Ralph W. Spaans, facing front just to the left of Dr. Linguiti, was killed on Nov. 2, 1944, in the Hurtgen Forest in Germany. His mother wrote his story, too.

In the second row and beyond, Mr. Gaul listed the identities - in some case only partial identities - of 23 other soldiers: Tech. Sgt. Bernard John Burns. Sgt. William Donaldson. Staff Sgt. Merle E. Dutchess. Pfc. Lawrence J. Friel. Sgt. Peter Friscan. Sergeant Fritchie. Sgt. Robert Hutson. Sgt. Stephen Jaros. Sgt. Charley Jordan. Sgt. Joseph Kowalski. Pfc. Walter B. May Sgt. Jackson L. Morrow Jr. Lieutentant Schmidt. Tech. Sgt. Edward F. Schroder. Robert F. Sessons. Pvt. Bernard E. Shannon Lieut. James C. Sharpe. Staff Sgt. Robert L. Smith. Pvt. Eugene Spinlar. Sgt. Homer L. Terry. Lieut. George W. Thoemke. Lieut. Walter E. Tobler. Robert H. Whitesell.

One small oddity, when one considers the almost universal view that this march through Paris was a victory celebration: the ''parade'' was a strategic necessity.

As the Allied troops approached Paris from the west, German troops fled north from Paris, their retreat unhindered by the Allies. Gen. Dwight D. Eisenhower was faced with the need to move a large number of troops to the eastern and northern edges of Paris quickly. The Champs Elysees and the other boulevards of Paris were the most direct route.

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 18:55 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 21:28 pm
Messages : 3400
Voilà les timbres dont parle l'article, (désolé de m'écarter du sujet quelque peu mon cher Marc)

The six designs in the series, honoring the Marines, the Army, the Navy, the Coast Guard, the Merchant Marine and women in the services, were based in part on classic war-time photographs.

timbres de 1945 :

Image Image

Image Image

timbres de 1946 :

Image

Le timbres sur les femmes ayant effectuer leur service dans l'armée ne sortira lui qu'en 1952 :

Image

Fred - philatéliste de service

_________________
Frédéric - co-administrateur du site et forum "Picardie 1939 - 1945"
Président association "Picardie 1939 - 1945"


Dernière édition par Frédéric Gondron le sam. déc. 06, 2008 19:37 pm, édité 1 fois.

Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 19:40 pm 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1952
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonsoir

Il s'agit bien de ce timbre tiré d'une photo (Fifi va nous envoyer ça :P ). L'article est également celui dont j'ai extrait la citation concernant le capitaine.

A+


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : lun. mai 19, 2008 20:31 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonsoir, je dois posséder la photo extraite d'un livret de photos vendu à la Libération, des que je peux je la mets en ligne.
Howard Ludwick est inhumé à Colleville-sur-mer, il avait le grade de 1er lieutenant, tué le 31 août 1944.
Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mar. mai 20, 2008 14:16 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonjour, voici le cliché tiré de ce livret:
Image
Il s'agit d'une vue du premier rang où se trouvent les officiers, ce n'est pas la même vue plongeante sur la troupe comme visible sur le timbre:
Image
Et voici un panoramique, en partant de la gauche:
Image
Image
Image
Image
Et pour mémoire, je joins l'insigne de la 28 DI, dont on peut appercevoir le port sur l'épaule droite de la chemise de l'officier à l'extrème gauche:
Image
Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mai 21, 2008 7:10 am 
Hors-ligne
Site Admin
Avatar de l’utilisateur

Inscription : jeu. sept. 27, 2007 22:35 pm
Messages : 1952
Localisation : Berteaucourt-les-Thennes (80) / Vieux-Moulin (60)
Bonjour

Il faudrait donc utiliser celle-ci pour essayer de déterminer qui est notre capitaine tombé à Creil puis comparer avec la photo de fifi pour un gros plan

Image

A+


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mai 21, 2008 7:31 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonjour effectivement la photo de Marc correspond mieux au timbre, il ne s'agit pas des mêmes officiers, sur la photo on apperçoit au centre des docteurs ou infirmiers, sur la photo que j'ai mis en ligne un des hommes, à gauche, porte un ceinturon-cartouchières pour le fusil Garand, hors sur la photo de Marc on ne le voit pas.
Je joins la fiche de Howard Ludwick:
http://www.wwiimemorial.com/registry/ce ... 2&tcount=2
Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mai 21, 2008 10:57 am 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonjour, pour en savoir un peu plus sur cette parade, je joins ce texte qui vient de ce lien:
http://www.lonesentry.com/gi_stories_bo ... index.html

The Race to the Reich Begins

A
UG. 29, 1944: The day was bleak and rainy but the weather didn't depress the people of Paris. Four days before, the city had been freed of the Nazi yoke.

This day, Old Glory floated alongside the French Tricolor. Hundreds of thousands of jubilant Parisians jam-packed the streets. Gen. Bradley, Gen. Courtney H. Hodges and Gen. Charles de Gaulle were waiting in a reviewing stand on the Champs Elysées.

Then the 56-piece Keystone band sounded off. The 28th Inf. Div. stepped off on its grand march through Paris, first United Nations' capital to be liberated.

Leading in jeeps were the Division Commander and General Staff. After the M-8s of the 28th Recon Trp. came the 110th and 112th Regts., marching in massed battalions, 24 men abreast. Attached tank destroyer, anti-aircraft, field artillery, chemical engineer and medical units followed in their vehicles; the 109th Regt. was behind. Div Arty and other tank destroyer and field artillery units were next; guns massed at the head, vehicles in columns of four.

Language proved no barrier to the exuberant Parisians. It was a great day for 28th troops. None suspected that the triumphant march also had been a tactical move.

The parade was but a shift from one assembly area to another. While the band played and the crowds cheered, V Corps was formulating more attacks for the Keystone Division.

P
URSUIT of the fleeing enemy was resumed next day as semi-motorized advances pushed northeast. Fully-motorized, the 109th followed in division reserve. It worked its way toward Compiegne, flushed out the forest, seized the high ground east of the city. Situated along the Aisne, strategic Compiegne gave access to bridges across the river.

Meanwhile, the racing 110th and 112th covered approximately 30 miles as they swung through Chantilly, Creil, Pont St. Maxence, Senlis, Montpilloy, Brasseuse, Ravoy, Villeneuve-sur-Verberies in a drive which launched Co. L, 110th, across the Oire River.


Pour illustrer la parade je joins des photos tirées du livret déjà présenté.
La garde aux Drapeaux:
Image
Passage des autos-mitrailleuses M8:
Image
L'artillerie anti-chars du 112 RI:
Image
Jeep du 110 RI:
Image
Amicalement jph


Haut
   
 Sujet du message :
MessagePublié : mer. mai 21, 2008 20:16 pm 
Hors-ligne
Avatar de l’utilisateur

Inscription : ven. sept. 28, 2007 11:41 am
Messages : 1416
Localisation : St Leu d'Esserent
Bonsoir, j'ai trouvé cet article sur la Libération de Creil, paru dans le Courrier Picard du 1er et 2 septembre 1979, l'article n'est pas signé mais les photos qui l'illustre sont de Robert Galas, amicalement jph

Il y a trente-cinq ans c'était fini.
La liberté pour Creil marchait à grands pas à la fin du mois d'août. Mais comment apparut celle qu'on attendait depuis si longtemps avec la paix? Avec quel visage se montra celle que l'on avait bercé si longtemps sans la voir? Qu'on avait presque oublié. Qu'on attendait sans l'imaginer. En qui, quelquefois, on ne croyait plus.
« Ils sont là. Les Américains arrivent! », vinrent chuchoter à Creil des estafettes F.F.I. C'était le soir du mercredi 30 août 1944. La nouvelle se répandit comme une traînée de poudre dans la ville. Les Résistants racontaient qu'ils avaient vu les colonnes alliées approcher du camp d'aviation. C'est à ce moment-là qu'on sut que le commencement de la fin approchait. Alors, comme pour le confirmer, le canon se mit à tonner. Il était 21 heures. Les Américains avaient pris position au sommet de la côte de Vaux. Prises sous les obus alliés, les pièces Allemandes défendant le pont de l'Oise, entrèrent à leur tour en action. Les obus se croisèrent au-dessus de la ville en écorchant les maisons. Dans l'action, le clocher de l'église fut gravement endommagé.
Maintenant, le calme régnait sur la ville. Une nuit étrange. Creil était partagé en deux. Les quartiers de la rive gauche n'étaient pas libérés. Mais les Américains campaient à leurs portes et ils étaient vides d' Allemands.
En effet, l'ennemi les avait évacués quelques heures plus tôt, en déchargeant ses armes dans les rues, dans toutes les directions, avant de se retrancher sur la rive droite.
« C'est le jeudi matin, vers 8h30, qu'apparurent les premières patrouilles américaines, raconte un numéro de « L'Oise Libérée » de l'époque, descendant vers la place Albert-Duguet, rue Charles-Auguste-Duguet, en direction des bords de l'Oise, guidées par l'agent de police De Hainaut, qu'accompagnaient M. Boizard, secrétaire du commissariat de police, et Martin (André Bataillard), le commandant des F.F.I. de Creil ».
C'est alors qu'en arrivant à proximité de la rivière la fusillade en éclatant, tua un lieutenant U.S. d'une balle au coeur. Elle devait durer jusqu'au soir.
En effet, tandis que la colonne Américaine remontait la vallée sur la rive gauche, en direction de Verneuil-en-Halatte et Compiègne, les Résistants qui eurent plusieurs morts au cours de l'action luttèrent, tant au château qu'à Vaux, contre l'arrière-garde allemande embusquée sur la rive droite.
Mais l'apparition vers 20h00, d'une autre colonne américaine sur les hauteurs de Nogent, qui remontait, elle, la rive droite, fit cesser le feu. Creil était libre,


Haut
   
Afficher les messages publiés depuis :  Trier par  
Publier un nouveau sujet  Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Le fuseau horaire est réglé sur UTC+01:00


Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas transférer de pièces jointes dans ce forum

Rechercher :
Atteindre :  
(c)picardie-1939-1945.org